vendredi, 15 décembre 2017
 

Afrique du Sud : à Robertson, la solidarité internationale a payé !

À deux heures de route, dans la vallée du vin et des roses, les ouvriers de la cave viticole Robertson Winery (RW) sont en grève depuis pratiquement trois mois et mènent une lutte emblématique des conditions de travail des ouvriers dans les zones rurales.

Nous avons interviewé deux militants sud-africains : Mercia Andrews, membre de DLF [1], consacre son énergie à défendre les travailleurs agricoles, les droits des femmes et l’accès à la terre, et Deneco Dube, syndicaliste de CSAAWU [2], travaille à RW.

L’élément déclencheur de la grève est la faiblesse des salaires (200 € mensuel), mais c’est tout autant dû aux inégalités et aux discriminations à l’égard des noirs qui ne sont pas mieux traités que pendant l’apartheid. À l’embauche les jeunes noirs sont soumis au détecteur de mensonge avant de les ghettoïser dans une unité de négociation tandis que les salariés blancs, eux, discutent directement avec la direction. Un mécanicien noir avec 15 ans d’expérience peut prétendre à un salaire d’environ 8 500 R (environ 550 €) alors qu’un mécanicien blanc sans expérience touchera plus du double avec une charge de travail moins importante. Seuls les ouvriers noirs doivent pointer, de plus à trois pointeuses successives, ce qui rajoute deux heures à leur temps de travail. Ils n’ont droit, en tout, qu’à 20 minutes de pause par jour, et là encore ils doivent pointer. Tout dépassement, ne serait-ce d’une seconde, est sanctionné par une retenue sur salaire.

Rien de cela n’est légal, mais le Ministère du travail ferme les yeux sur ces irrégularités que les entreprises ne cachent même pas dans leur audits annuels sur les inégalités qui montrent que les salariés noirs sont moins payés que les blancs, sans même parler des discriminations que subissent les femmes.

Face à un rapport de force très défavorable, les grévistes essaient d’élargir leurs soutiens que ce soit dans la société civile en Afrique du sud ou à l’international.

Alors que le DLF est très impliqué et que les red brigades [3] ont affiché leur soutien, rien de la part de l’ANC.

CSAAWU essaie aussi d’élargir la lutte en amont dans les fermes qui fournissent le vin cru et en aval dans les circuits de distribution. Des collectes d’argent et de nourriture ont été organisées par d’autres syndicats ou des groupes comme les étudiants de l’université du Cap. Collecte de fonds à l’Université du Cap

Des syndicats scandinaves sont aussi impliqués particulièrement en Suède et Norvège où les vins de RW sont commercialisés. Les grévistes ont en effet décidé de réactiver un mode de lutte utilisé pour faire tomber l’apartheid, le boycott des produits de RW. Une page Facebook en anglais et en français ont été ouvertes à cet effet.

Pour Deneco, dont c’est la deuxième grève après le soulèvement des ouvriers agricoles en 2012, l’aide internationale est essentielle car les grévistes ne pourront pas tenir indéfiniment sans paie, et le boycott est le meilleur moyen pour mettre la pression sur la direction.

Pour nous, le vin de RW est un vin de sang, c’est notre sang qui produit ce vin, et nous n’en tirons aucun profit, nous sommes payés comme des esclaves alors que le patronat s’enrichit de plus en plus. Boire ce vin aujourd’hui, c’est boire notre sang.

Alors que les grévistes avaient accepté à la douzième semaine de grève la proposition patronale d’une hausse des bas salaires de 400 R, approximativement 12,5 %, la direction a refusé d’inclure une clause de « paix » par laquelle elle se serait engagée à ne pas procéder à des licenciements, les négociations sont interrompues. Il ne fait aucun doute que l’entreprise voulait par là casser la confiance des travailleurs et détruire leur syndicat.

Les travailleurs de Robertson ont refusé de céder à la peur et aux menaces et tenu bon. Et ils ont eu raison puisque ce sont les patrons qui ont finalement cédé :

- augmentation de salaire de 8 % ou 400 R par mois selon ce qui est le plus avantageux
- effet rétroactif au 8 août 2016
- prime annuelle équivalente à un mois de salaire
- levée des sanctions sur les meneurs de la grève

Plus important pour les travailleurs, le gouvernement doit lancer une enquête sur les conditions esclavagistes des emplois. Après cette grève, rien ne sera plus comme avant dans les campagnes sud africaines et la grève Robertson sera pour tous les travailleur-e-s du secteur un exemple à suivre pour faire avancer leurs revendications. Remarquons aussi que la solidarité nationale et internationale par le boycott actif de Robertson ont aussi été déterminants.

Marc Ducassé et François Favre

Notes :

[1] Democratic Left Front (DLF, Front de la gauche démocratique) est un mouvement qui s’est formé en 2008. Il regroupe des militants qui avaient fait partie de la direction du Parti communiste ou qui venaient de différents courants et mouvements populaires de la gauche indépendante sud-africaine. DLF participe au regroupement en cours à gauche avec comme ligne de mire le Projet d’un mouvement pour le socialisme. Il est aussi lié au regroupement du mouvement syndical indépendant de l’ANC.

[2] CSAAWU : Commercial, Stevedoring, Agricultural and Allied Workers Union (Syndicat des travailleurs du commerce, de l’agriculture, des dockers et affiliés).

[3] Les « red brigades » (brigades rouges) est le nom donné aux militants activistes du parti de gauche Economic Freedom Fighters (Combattants pour la liberté économique, EFF), formé en 2013 par d’anciens membres de l’ANC et dirigé par Julius Malema.

Photos et vidéo de cette lutte : http://www.npa32.fr/spip/spip.php?a...

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes