vendredi, 13 décembre 2019
 

Afrique du Sud : "Marche des salopes" contre le viol

LE CAP, Afrique du Sud (AP) — Quelque 2.000 femmes portant de la lingerie par-dessus leurs vêtements ont manifesté au Cap samedi pour dénoncer l’excuse de la tenue vestimentaire de la victime souvent invoquée par les agresseurs sexuels, dans une Afrique du Sud où le viol est devenu un fléau national. Cette manifestation s’inscrivait dans le cadre d’une campagne internationale baptisée "SlutWalks", les "Marches des salopes".

Les manifestantes étaient accompagnées par quelques hommes, dont certains portaient la minijupe en signe de solidarité, et des enfants. On pouvait notamment lire sur les banderoles : "Les violeurs violent les gens, pas les vêtements" ou "Les hommes faibles violent".

Les "Marches des salopes" sont nées à Toronto, au Canada, après les commentaires d’un policier pour lequel les femmes ne seraient pas violées si elles ne s’habillaient pas comme des "salopes".

"Il est très important que les femmes comprennent qu’on ne doit pas les priver de leur dignité", a expliqué l’une des manifestantes du Cap, Tayla Orgill.

Selon les statistiques officielles les plus récentes, plus de 55.000 viols et agressions sexuelles ont été signalés à la police entre 2009 et 2010, et le nombre d’agressions sexuelles contre des femmes a augmenté de près de 20% en un an. AP

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes