mardi, 24 octobre 2017
 

Angola - Luanda : Grève des employés des transports publics

Plusieurs centaines des 1.900 employés de la TCUL (Transports Collectifs Urbain de Luanda) se sont rassemblés ces derniers jours devant le siège de leur entreprise, brandissant des pancartes affirmant : « Neuf mois sans salaire, c’est trop », ou « Jusqu’à quand cette souffrance ? »

Ils exigent le paiement de neuf mois de salaires en retard.

Un mouvement de grève partiel avait été lancé le 18 décembre. Face au silence du Conseil d’administration de la TCUL, les employés ont décrété une grève totale le 22 décembre.

Outre leurs salaires impayés, ils exigent « une garantie de continuité et de ponctualité pour le paiement de leurs salaires » à venir, conformément à la loi, a indiqué à la presse Domingos Epalanga, secrétaire général adjoint du syndicat interne de la TCUL.

« Durant ces neuf derniers mois, une dizaine de travailleurs sont morts, faute d’argent pour payer des soins médicaux », affirme M. Epalanga, ajoutant que nombre d’employés de l’entreprise ont été expulsés de leur logement par les propriétaires pour n’avoir pas pu payer leur loyer, et que d’autres ont vu leurs enfants déscolarisés faute d’avoir réglé à temps les frais de scolarité.

La direction de la TCUL, selon le responsable syndical, s’affirme impuissante et renvoie le problème aux autorités de tutelle, dont le ministre des Transports.

Ni les dirigeants de la TCUL ni les autorités de tutelle n’ont pour l’instant fait de déclarations publiques.

Source : VOA

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes