jeudi, 17 août 2017
 

Madagascar : deuxième jour de grève à la Jirama

Onze syndicats sur les quatorze ont appelé à cesser le travail à la société nationale d’eau et d’électricité (Jirama). Une grève peu suivie selon la direction qui évoque 500 grévistes sur environ 6 000 employés dans tout le pays.

La Jirama est en grande difficulté financière et vit sous perfusion de l’Etat. Elle a reçu 427 milliards d’ariarys de subventions l’année dernière, soit près de 134 millions d’euros. Mais l’administration ne veut plus payer. Les grévistes demandent donc à l’Etat de combler le déficit, et aussi d’investir pour rénover le parc de centrales vieillissantes au lieu de faire appel à des entreprises privées.

À Antananarivo, quelques centaines d’employés se sont rassemblés pour écouter les discours des syndicalistes. Selon Oliva Andria Nali Manana, meneur de l’intersyndicale, il manque plus de 200 milliards d’ariarys, soit près de 63 millions d’euros pour assurer le fonctionnement de la Jirama cette année. « Il faut trouver l’argent si on veut faire un service public, estime-t-il. L’Etat dit qu’il n’a pas d’argent, mais il doit aussi payer des fournisseurs d’énergie privés à des prix exorbitants. »

Investissement massif

L’Etat s’est déjà engagé à réévaluer les contrats passés avec ces fournisseurs privés. Mais l’intersyndicale demande aussi un investissement massif pour éviter le recours au privé. « Pourquoi ne pas acheter des pièces de rechange, poursuit Oliva Andria Nali Manana, et réparer les groupes de la Jirama au niveau national ? Faire produire la Jirama, c’est ce qu’il ya de moins cher actuellement. »

Mais pour rénover les centrales du pays, il faudrait plus de 300 milliards d’ariarys, soit 94 millions d’euros. Une somme bien difficile à trouver vu les finances de l’entreprise. Les négociations doivent reprendre ce mardi.

Tyson Coxa

Source RFI

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes