lundi, 23 octobre 2017
 

Madagascar : Grève générale des enseignants

Six Universités de Madagascar

Le Conseil national du SECES réuni en assemblée générale ce mardi 10 janvier a décrété la suspension de toutes les activités pédagogiques dans les six universités de l’île. C’est le président national du syndicat des enseignants-chercheurs qui explique que la réunion s’est déroulée à la demande des enseignants pour débattre de ce non paiement des heures complémentaires de 2011. Ainsi, il a été confirmé, apparemment en présence de six vice-présidents des universités, que les cours, travaux pratiques, encadrement pédagogiques, soutenances, examens, publication des résultats dans toutes les universités seront suspendus.

Le principal motif évoqué est, selon le président national du SECES, le Pr Armand Rasoamiaramanana, que l’État ne trouve pas encore l’argent, une somme de 8 milliards d’ariary au total, qui avait déjà été inscrite dans la loi des Finances 2011 destinée à payer les heures complémentaires. D’après le SECES, l’État a failli à son contrat écrit et signé et de ce fait, le SECES portera plainte devant le Conseil d’État pour non respect des paroles données.

Réagissant à cette décision, des comités d’étudiants résidant à Ankatso I et Ankatso II se sont mobilisés ; ils attendent la réaction des étudiants de l’université de Vontovorona.

Source : http://www.madagascar-tribune.com

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes