lundi, 23 octobre 2017
 

MADAGASCAR : La possible disparition des palmiers menace les moyens de subsistance

Quatre-vingt-trois pour cent des espèces de palmiers de Madagascar - qui constituent une source essentielle de nourriture et de matériaux de construction - sont menacées d’extinction [ http://www.iucn.org/fr/?11273/Madag... ], selon la Liste rouge des espèces menacées [ http://www.iucnredlist.org/ ] publiée par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) le 17 octobre.

Madagascar compte 192 espèces de palmiers uniques au monde. Les communautés s’en servent pour construire des maisons - confection de toitures et bois d’ouvre - ainsi que fabriquer des ustensiles de tous les jours et des médicaments.

William Baker, président du Groupe de spécialistes des palmiers de l’IUCN et directeur des recherches sur les palmiers aux Jardins botaniques royaux de Kew à Londres, a dit à IRIN que les cours de palmier constituent une source de nourriture « importante » dans le monde [ http://www.kew.org/science-research... ].

« Pour les communautés des zones reculées, rurales, les cours de palmiers constituent une source d’alimentation très importante - et ils sont gratuits. Je ne sais pas s’il y a un lien avec la réduction des sources de nourriture, mais dans les régions reculées où les terres ou les pratiques agricoles ne sont pas adaptées, les cours de palmiers représentent un complément important », a-t-il dit.

Le cour de palmier est pauvre en graisse et riche en fibres, et constitue une source de protéines, de potassium, de vitamine C, de calcium, de fer, de magnésium, de manganèse et de zinc.

Perte d’habitat

« Nous pensons que l’utilisation de nombreuses espèces de palmier n’est pas viable, et cette situation est aggravée par une perte d’habitat principalement engendrée par l’agriculture sur brûlis. Auparavant, l’exploitation du palmier était viable, mais l’équilibre s’est rompu, car la pression a augmenté sur une zone d’habitat qui se réduit et sur les palmiers restants. Nous nous trouvons donc dans un cercle vicieux où les gens menacent les palmiers et la disparition des palmiers remet en cause les moyens de subsistance », a indiqué M. Baker.

À Madagascar, les taux de pauvreté augmentent depuis 2009, année où le président réélu Marc Ravalomanana a été renversé par Andry Rajoelina avec le soutien de l’armée. Plus de trois quarts des 20 millions d’habitants du pays vivent aujourd’hui avec moins de un dollar par jour, selon les chiffres fournis par le gouvernement, contre 68 pour cent avant le coup d’État. Dans les zones rurales, les taux de pauvreté seraient supérieurs à 80 pour cent.

Menacés et en voie de disparition

Une espèce de palmier, Ravenea delicatula [ http://apps.kew.org/wcsp/qsearch.do... ] est « en danger critique d’extinction », [ http://www.iucnredlist.org/details/... ] selon l’IUCN. Elle ne se « trouve que sur un seul site, mais celui-ci n’est pas protégé et il est menacé par le défrichage de la forêt par les populations locales, en vue de la culture du riz, ainsi que par la prospection minière à la recherche de minéraux et de pierres précieuses, notamment de rubis ».

Le Tahina (Tahina spectabilis) ou palmier suicidaire [ http://www.kew.org/plants-fungi/Tah... ], récemment découvert, figure pour la première fois sur la liste des espèces en danger, avec seulement 30 palmiers adultes dans la nature.

« La plupart des palmiers de Madagascar poussent dans les forêts humides de l’est de l’île, qui sont déjà réduites à un moins d’un quart de leur étendue d’origine et qui continuent de disparaître », a dit M. Baker.

« Les chiffres relatifs aux palmiers de Madagascar sont vraiment terrifiants, notamment parce que la perte des palmiers porte atteinte à l’exceptionnelle biodiversité de l’île mais aussi à sa population », a déclaré Jane Smart, directrice mondiale du groupe de conservation de l’IUCN. « On ne peut pas fermer les yeux sur une telle situation ».

L’épuisement des palmiers de Madagascar « risque d’avoir un impact important sur le réseau écologique. La dégradation des forêts engendrée par l’exploitation forestière, etc. est un véritable problème pour les palmiers, car ils sont vulnérables au moment de la plantation, et la plupart germeront et pousseront seulement sous une canopée », a dit M. Baker [ http://www.irinnews.org/fr/Report/8... ].

Source : http://www.irinnews.org/

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes