lundi, 23 octobre 2017
 

Madagascar : Mémorandum du CCOC sur la sortie de crise

Le Collectif des Citoyens et des Organisations Citoyennes (CCOC) s’est constitué en Février 2009 afin de contribuer à la résolution de la crise malgache (qui n’était qu’à son commencement) et d’éviter le retour cyclique de crises. Il est persuadé que, seuls le respect de la dignité humaine, de la liberté et des droits fondamentaux garantissant la paix sociale, la restauration d’un véritable Etat de Droit, la relance économique, et partant de la création d’emplois, la reprise de la machine administrative, l’instauration d’un cadre légal de dialogue national constituent les pierres angulaires des solutions pérennes de la crise et permettent de prévenir son retour.

Or, plus de deux ans après le début de la crise, nous en sommes loin et les dégâts économiques, sociaux et structurels se font de plus en plus profonds.

Le CCOC manifeste ici son scepticisme face à la feuille de route appliquée actuellement unilatéralement par les autorités de fait. En effet :

- Cette feuille de route est réduite à la seule démarche pour tenter d’accorder une éventuelle reconnaissance internationale de l’autorité de fait ;

- Elle ne prend pas en compte les véritables aspirations populaires et ne traite que de façon superficielle et partielle les problèmes de fond ;

- Elle ignore complètement les préoccupations des autres acteurs de la vie nationale malgache ; en particulier, le secteur privé et la société civile dans toutes ses composantes.

Le CCOC rappelle ici les conditions nécessaires pour garantir une sortie de crise pérenne :

- Mise en place d’un accord consensuel et inclusif pour la gestion de la Transition ;

- Le retour à un climat d’apaisement et de confiance sur l’ensemble du territoire qui passe notamment par l’adoption d’une amnistie générale (prévue par la FDR) ;

- Une CENI impartiale et réellement indépendante ;

- Un calendrier électoral défini en commun ;

- Les chefs d’institution de la Transition et les 4 chefs de mouvances ne peuvent se présenter aux élections présidentielle et législative ;

- Mise en place d’un cadre électoral crédible, neutre et transparent fondé sur des normes internationales avec supervision et appui technique, financier, matériel et logistique des Nations Unies (pour se donner les moyens en vue de dissiper les soupçons de manipulations) ;

- Mise en place d’une entité neutre et indépendante pour le suivi et le contrôle de la mise en œuvre du calendrier établi et du travail de l’exécutif

Le CCOC met en garde sur la décision d’entériner des élections réalisées de manière unilatérale, qui résoudraient la situation à court terme mais qui déboucheraient tôt ou tard de nouveau sur une crise.

La crise n’a pu être résolue à ce jour à cause du manque patent/avéré de volonté politique de réaliser des compromis de la part des politiciens plus préoccupés par leur rente que par une solution dans l’intérêt du pays et des malgaches, qui prennent ainsi en otage le présent et l’avenir de vingt millions de Malgaches.

Le CCOC exhorte donc de nouveau les politiciens à mettre l’intérêt national au-dessus de toute autre considération et à parvenir à un accord consensuel et inclusif pour la conduite de la Transition vers des élections véritablement crédibles et transparentes.

Le CCOC remercie la Communauté Internationale de maintenir dans son ensemble son rôle de gardien des principes démocratiques et de ne pas fléchir face à la velléité de certains à reconnaître une transition unilatérale.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes