vendredi, 15 décembre 2017
 

Burundi : Après la mascarade électorale

En dépit des mobilisations populaires et des accords d’Arusha, Pierre Nkurunziza a fait le forcing pour se maintenir au pouvoir en organisant une mascarade électorale au risque de plonger le pays dans un nouveau cycle de violence.

Les élections présidentielles du 19 juillet sont un camouflet pour le pouvoir en place. L’abstention a été encore plus massive que lors des élections locales du 29 juin qui avaient déjà connu un taux record. Au niveau de Bujumbura, la capitale, les observateurs parlent de bureaux de vote déserts. Dans le reste du pays, la participation reste certes plus importante - le parti au pouvoir le CNDD-FDD gardant une certaine base sociale - mais surtout les Imbonerakure - l’organisation de jeunesse du parti qui se comporte comme une milice - ont fait pression sur les populations pour aller voter. En l’absence de candidat de l’opposition qui a boycotté le scrutin les résultats ne font pas de doutes, Nkurunziza sera élu

Ces élections marquent l’échec de la diplomatie africaine, qui n’a pas réussi à empêcher la dérive autoritaire du pouvoir et imposer les accords d’Arusha signés en 2000 qui ne prévoient que deux mandats. La médiation des dirigeants des pays de l’Afrique de l’Est n’ont réussi à imposer qu’un report des élections de … six jours. Il est vrai que le médiateur désigné, le président de l’Ouganda Museveni est mal placé pour donner des leçons, lui qui est au pouvoir depuis 29 ans et vient de faire emprisonner deux candidats de l’opposition Kizza Besigye et Amama Mbabazi pour les élections présidentielles de son pays.

L’objectif principal des dirigeants de la région n’est certainement pas de promouvoir la démocratie et les élections libres et transparentes, mais de stabiliser le pays dans une région qui a connu moult conflits et reste des plus fragiles. La diplomatie ougandaise s’oriente donc vers un partage de pouvoir entre le CNDD-FDD et l’opposition. Déjà Nkurunziza s’est déclaré favorable à un gouvernement d’union nationale. L’opposition qui avait réussi à rester unie lors des mobilisations populaires contre le coup de force constitutionnel risque de se fragmenter, certains en cédant aux sirènes du pouvoir et d’autres en faisant le choix des armes. Une telle situation serait dramatique pour un pays qui a connu une guerre civile.

Depuis que la lutte contre le troisième mandat a démarré, plus de quatre vingt dix personne ont été assassinées, des centaines blessés, et autant d’arrestations. 150 000 personnes se sont exilées vers les pays voisins et s’entassent dans des camps de réfugiés insalubres fuyant les violences de la police et des Imbonerakure. Alors que les accords d’Arusha avaient permis de mettre fin à la guerre civile en instaurant une inclusivité dans le partage du pouvoir, Nkurunziza risque de faire basculer le pays dans la violence, son clan n’ayant d’ailleurs pas hésité à diviser et promouvoir la haine ethnique entre Hutu et Tutsi.

Cette tentative de division ethnique a échoué. Tutsi et Hutu ensemble se sont retrouvés dans la rue, bravant la répression, pour lutter pour la démocratie dans le pays à l’image des autres luttes qui se sont produites au Sénégal ou au Burkina Faso. Cette unité est un formidable point d’appui pour les organisations de la société civile pour continuer la lutte.

Paul Martial

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes