lundi, 25 septembre 2017
 

Crise au Burundi

Après des semaines de mobilisation populaire contre le troisième mandat du Président Nkurunziza, une tentative de coup d’Etat s’est soldée par un échec et la répression gouvernementale risque d’empirer.

Comme son voisin rwandais, le Burundi a hérité d’un cadeau empoisonné légué par le colonialisme : les divisions ethniques, sources de guerre civile qui continuent d’empoisonner la vie politique. Le pays a connu une succession de conflits communautaires puis une guerre civile entre 1993 et 2006. Des centaines de milliers de personnes ont perdu la vie et ces douloureux épisodes de l’histoire restent présents dans les esprits. Mais la crise actuelle est avant tout politique, entre un président qui tente de s’éterniser au pouvoir et une population qui aspire à la démocratie, ce qui reste hélas un classique en Afrique. En effet, le refus de l’alternance des dirigeants qui tripatouillent les constitutions reste une question centrale et focalise une grande partie des luttes populaires, comme on l’a vu au Sénégal puis au Burkina Faso où les populations ont imposé un changement politique.

Spirale de violence

Les accords d’Arusha signés en 2000 sous les auspices du président sud-africain Nelson Mandela et de l’ancien président tanzanien Nyerere, ont mis fin à la guerre civile entre Hutu et Tutsi en construisant une architecture où le maître mot reste le partage du pouvoir entre communautés et entre partis politiques.

Cet accord prévoit que le président ne peut prétendre à un troisième mandat, c’est précisément ce que tente d’ignorer Pierre Nkurunziza arguant que son premier mandat n’était pas issu d’une élection générale mais de l’Assemblée Nationale. A Bujumbura, la capitale, Nkurunziza est largement isolé, opposition et société civiles ont appelé à des manifestations qui sont durement réprimées, on compte une vingtaine de morts. L’église catholique, très influente, s’est prononcée elle aussi contre la perspective de ce troisième mandat, la contestation a même gagné le parti dirigeant le CNDD-FDD où des exclusions ont été prononcées.

C’est ainsi que le général Godefroid Niyombare ancien responsable des services secrets fut limogé pour avoir produit un rapport contre le troisième mandat.

Ce haut responsable de l’armée a toujours défendu l’équité entre Hutu et Tutsi au sein de l’armée et reste attaché aux accords d’Arusha, ce qui semble être sa motivation pour sa tentative de coup d’Etat. Son échec provient notamment d’une sous-estimation de la résistance de la garde présidentielle qui a défendu la Radio-Télévision Nationale du Burundi, véritable enjeu, car c’est la seule radio à émettre sur l’ensemble du pays.

L’échec du coup de force risque d’aggraver la situation du Burundi. Déjà, lors de son accession au pouvoir, Nkurunziza s’était éloigné des accords d’Arusha et dérivait vers une dictature. La répression grandissante des forces de sécurité, épaulées par les Imbonerakure, l’organisation de jeunesse du CNDD-FDD a déjà mis plus de cinquante mille personnes sur le chemin de l’exil.

Plus grave, en réponse aux mobilisations, Pierre Nkurunziza commençait à poser la question du pouvoir en termes ethniques avec le risque d’une nouvelle confrontation généralisée et d’une déstabilisation d’une région déjà en proie aux violences des différentes milices.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS

Les malversations intellectuelles du professeur Reyntjens[tiré de Survie France le 25 septembre 2017]

"Areva au Niger : un environnement sacrifié"[tiré de Survie France le 19 septembre 2017]

Liberté coloniale[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Mo Ibrahim tacle la France[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Ouattara dans de bonnes mains[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Milices européennes[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Sessions de rattrapage[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Soutien français à la déforestation[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

0 | 8 | 16 | 24 | 32 | 40 | 48 | 56 | 64 | ...

Thèmes