jeudi, 17 août 2017
 

Le Burundi au bord de l’Apocalypse

Disons-le sans détour, car il y a urgence : le Burundi est l’otage d’un gang. Celui du président Pierre Nkurunziza qui, en violation des Accords de paix d’Arusha, en l’an 2000, et de la Constitution qui en est issue, s’est arrogé un troisième mandat. Pour briser la résistance d’une société civile bien organisée et ardente à défendre la démocratie, il a imposé un régime de terreur. A Bujumbura, depuis mai 2015, quelque deux cents opposants ont été délibérément abattus par des policiers ou par des membres de la milice présidentielle Imbonerakure. Ceux qui ont pris les armes pour se défendre contre ce régime de terreur ont également commis des meurtres. Rien ne permet cependant d’établir une équivalence entre terreur d’Etat et résistance.

Objectif : ressusciter les manipulations identitaires

Le bilan réel des assassinats politiques est vraisemblablement très supérieur, car le régime filtre sévèrement les informations en provenance du « Burundi profond ». Ce qu’il dissimule moins efficacement, ce sont la panique et l’exode. De source onusienne, on sait que 200 000 à 300 000 Burundais terrorisés par les Imbonerakure ont fui pour s’entasser dans des camps en Tanzanie, au Rwanda et jusqu’en Ouganda. Une majorité d’entre eux sont des Tutsi. Pour bricoler un semblant de légitimité et d’adhésion populaire, Pierre Nkurunziza et son groupe tentent en effet de ressusciter les manipulations identitaires, ces conflits dits « ethniques » qui ont provoqué des centaines de milliers de morts au Burundi depuis l’indépendance en 1961.

Après « le temps du langage de haine sibyllin »

Mais tous les Burundais que nous avons eu le loisir d’interroger se disent fatigués des guerres civiles, impatients de tourner la page. Ces dernières années, les catégories « hutu » et « tutsi », si lourdement porteuses de souffrances mémorielles, n’avaient plus guère de sens. Hutu et Tutsi confondus, les milliers de manifestants contre le troisième mandat de Pierre Nkurunziza n’avaient pas en tête l’appartenance « ethnique » de tel ou tel dignitaire. Ils voulaient sortir d’un régime d’incurie, de népotisme et de corruption à grande échelle, qui maintient le pays dans la misère. Au contraire, décidés à réécrire une « histoire ressentiment », Pierre Nkurunziza et son gang ont commencé par ce que le journaliste David Gakunsi appelle « le temps du langage de haine sibyllin », des mots à double sens.

Propagande en miroir

Ce temps est terminé depuis le 3 octobre. Bourreau de son peuple, la présidence a choisi une pose victimaire. Après que l’Union européenne a décidé de priver de visa et gelé les avoirs de quatre barons du régime impliqués dans des détournements ou dans les assassinats de civils, Pascal Nyabenda, président du Parti Cndd-Fdd a déclaré que « les sanctions prises contre les quatre Burundais d’une même ethnie Hutu ne découlent d’une justice connue dans le monde puisqu’il n’existe pas de justice pour une seule ethnie au monde. »

Accuser l’Union européenne de pratiquer une ségrégation ethnique vis-à-vis des Hutu burundais est une intéressante démonstration de la « propagande en miroir » tellement utilisée pour préparer le génocide des Tutsi rwandais de 1994.

LE FRANCHISSEMENT D’UNE LIGNE ROUGE

Ce virulent discours lu à la Radiotélévision nationale le 3 octobre, par le porte-parole du parti présidentiel, a donné le signal de propos publics désormais décomplexés. Comme au Rwanda avant le génocide des Tutsi, Bruxelles est traîné au banc des accusés : « La Belgique doit comparaître devant le peuple burundais pour lui demander pardon et l’indemniser à cause d’une souffrance sans nom qu’elle a fait subir au pays et à son peuple pendant plus d’un siècle à travers des incitations à la haine ethnique , des organisations des massacres et au versement de sang des burundais, aux renversements des institutions suivis toujours de massacres voire parfois de génocide » (communiqué du Parti Cndd-Fdd le 29 octobre).

Le 1er novembre, les déclarations du président du Sénat Révérien Ndikuriyo, devant les chefs de quartiers, montrent le franchissement d’une ligne rouge : l’appel à l’extermination des opposants, dans des termes délibérément calqués sur ceux de la Radio des Mille collines, du magazine Kangura et de l’ensemble des « génocidaires » rwandais en 1994 : « Un jour on va travailler ». « Qui ignore que « travailler » fut le mot-code du génocide au Rwanda ? Tout est dit ! » observe David Gakunzi.

Les États-Unis ne s’y sont pas trompés qui dénoncent « un langage de l’horreur que la région n’a plus connu depuis vingt ans ». Alors que le président Nkurunziza a donné cinq jours à ses opposants pour « rendre les armes », Samantha Power, ambassadrice américaine auprès des Nations unies déclare : « Les États-Unis expriment leurs grandes craintes que cet ultimatum de cinq jours émis par le président ne déclenche des violences à partir du week end prochain. »

Nkosazana Dlamini Zuma, présidente de l’Union africaine (UA) a également pris connaissance des propos tenus par Révérien Ndikuriyo et y voit le risque d’« aggraver la situation et de créer une plus grande instabilité. » L’envoyé spécial des États-Unis dans la région des Grands Lacs, Tom Perriello, a estimé sur Rfi vendredi 6 novembre que « le Burundi prend le chemin de l’affrontement (…) Les autorités parlent aussi de réponses coordonnées qui renvoient aux pires heures que la région ait connues ».

COMME LA RTLM…

Comme pour lui donner raison, Alain-Guillaume Bunyoni, ministre de la Sécurité, avertit : « Même si les forces de l’ordre échouaient, on a neuf millions de citoyens à qui il suffit de faire signe. En quelques minutes, ils seraient ici ! Qui survivrait alors parmi ceux qui n’accepteraient pas d’aller au même pas ? »

L’organisation « Article 19 » possède l’enregistrement où le Rwandais extrémiste Justin Mugenzi avait confectionné une sorte de clip sonore qui passait sur Radio Rtlm. Sur le fond d’une musique qui semblait venir des abîmes, sa voix s’élevait telle celle d’un prophète de l’Apocalypse : « Ils verront le malheur ! Ils verront le malheur, ces gens qui pensent pouvoir passer outre la Voix du peuple majoritaire pour la réduire à néant. Ils verront le malheur oui, ils verront le malheur. » Sa voix reprenait ensuite le chemin des Enfers au milieu d’un bruitage fait de sombres bourdonnements et de tintements de clochettes. Le clip sonore de Justin Mugenzi cherchait à donner une impression de fin du monde. Il était diffusé sur la Rtlm à intervalles plus ou moins réguliers, au milieu des sinistres diatribes et autres ricanements mortuaires des animateurs.

Il y a de nombreuses similitudes entre les discours des hommes de Nkurunziza et ceux de Rwandais impliqués dans le génocide des Tutsi en 1994. Les uns et les autres semblent viser « l’Apocalypse », un bain de sang « purificateur », comme le rêvaient aussi les Nazis.

La France a condamné « les discours de haine, dont la connotation communautaire est inacceptable » et fait convoquer ce lundi le Conseil de sécurité des Nations unies « pour étudier la situation au Burundi ». Interrogé par RFI, Willy Nyamitwe, le responsable de la communication de Pierre Nkurunziza, a prétendu que les propos du président du Sénat avaient été « mal traduits ». Afrikarabia est en mesure de démontrer le contraire, en publiant la traduction française du discours du président du Sénat (1), ainsi que le transcript en kirundi (2) et la captation audio de ce discours (3). A chacun d’en juger.

Jean-François Dupaquier

NOTES

1) Le discours de Révérien Ndikuriyo traduit en français (voir http://bit.ly/1lka0mS

2) La transcription du discours en Kirundi (voir http://bit.ly/1lka0mS

3) L’enregistrement audio (voir http://bit.ly/1lka0mS)

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes