vendredi, 22 septembre 2017
 

Burundi : Une lutte unitaire et démocratique

L’échec du coup d’Etat conduit par le général Godefroid Niyombare n’aura pas entamé la mobilisation populaire contre le troisième mandat que tente d’imposer Nkurunziza à son pays.

Le pouvoir au Burundi reste des plus fragile. La démission de deux membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) qui en compte cinq, est révélatrice de la crise profonde que traverse le régime. Spes-Caritas Ndironkeye, Vice-présidente et Illuminata Ndabahagamye en charge de l’administration et des finances de cette instance, ont expliqué leur geste en déclarant que : "le contexte politico-sécuritaire du moment [qui] n’offre pas les conditions requises à l’encadrement de cet événement majeur pour le peuple burundais" (1) Au niveau international, les principaux bailleurs de fond ont suspendu leur aide au processus électoral, et les pays limitrophes voient d’un mauvais œil la crise burundaise qui risque fort de déstabiliser une région bien fragile.

Déjà c’est par dizaines de milliers que les Burundais - victimes des agissements des Imbonerakure, la milice du parti au pouvoir le CNDD-FDD - fuient le pays pour se réfugier au Rwanda, en RDC et en Tanzanie dans des camps où les conditions de vie sont épouvantables.

Le pouvoir s’entête et s’engouffre dans une spirale répressive en assimilant tous opposants aux putschistes. Le scénario reste le même : pour empêcher les manifestants des quartiers populaires de rejoindre le centre de la capitale Bujumbura, les forces de police répriment toutes tentatives de rassemblement, n’hésitent pas à tirer sur les manifestants et à lancer des grenades lacrymogènes dans les maisons, occasionnant des incendies. On comptabilise plus d’une trentaine de morts et des centaines de personnes sont détenues arbitrairement.

Approfondir la mobilisation

Le report des élections de six semaines proposé lors de la réunion de Dar El Salam par les dirigeants des pays d’Afrique de l’Est ne règle en rien la question. Tout au plus, elle donne un répit supplémentaire à l’opposition pour amplifier la mobilisation qui doit prendre également à son compte des aspirations sociales d’une population dont 67% vit sous le seuil de pauvreté avec un taux de malnutrition de 75 %. La question de la réforme foncière tout comme des mesures de soutien économique à l’agriculture sont cruciales pour un pays où 90% des habitants vivent de la terre.

Il est peu probable que Nkurunziza entende raison. Persuadé d’être choisi par dieu pour conduire le Burundi, l’avis de son peuple ne compte pas. Son entourage est prêt à la politique du pire en jouant la carte ethnique dans un pays où les conflits entre hutu et tutsi ont provoqué des centaines de milliers de morts.

Les accords d’Arusha signés en 2000 ont eu le mérite de mettre fin à la guerre civile en organisant le partage du pouvoir entre les différents segments de la population tant au niveau communautaire que politique. A partir de 2010 Nkurunziza n’a eu de cesse de torpiller ces accords en instaurant progressivement un régime dictatorial.

Mais la page semble se tourner. En effet les mobilisations exceptionnelles qui ont lieu dans la capitale pour conquérir la démocratie sont à l’image des luttes qui se déroulent sur le Continent contre les potentats qui tentent de s’éterniser au pouvoir. Ces luttes, non seulement sont des coups de boutoirs contre la dictature mais elles construisent et renforcent l’unité d’une population trop longtemps divisée par des élites corrompues, d’une certaine manière la rue est en train de faire vivre les accords d’Arusha.

Paul Martial

Le 07/06/15

(1) http://www.jeuneafrique.com/Article...

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS

"Areva au Niger : un environnement sacrifié"[tiré de Survie France le 19 septembre 2017]

Liberté coloniale[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Mo Ibrahim tacle la France[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Ouattara dans de bonnes mains[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Milices européennes[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Sessions de rattrapage[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Soutien français à la déforestation[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

Non merci[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

0 | 8 | 16 | 24 | 32 | 40 | 48 | 56 | 64 | ...

Thèmes