vendredi, 20 octobre 2017
 

Cameroun : Appel à manifester contre le régime antidémocratique de Paul Biya

06 Novembre 2010 : 28 ans ça suffit ! Le CODE appelle à une journée de mobilisation à Paris contre la dictature au Cameroun

06 novembre 1982 – 06 Novembre 2010 : 28 ans, ça suffit !!!

Depuis 28 ans, le dictateur sanguinaire Paul Barthélemy BIYA règne en despote absolu sur le Cameroun. Il se prépare à se maintenir frauduleusement au pouvoir pour continuer son œuvre de destruction nationale.

Lorsque Paul BIYA arrive au pouvoir le 06 Novembre 1982, à la suite d’un coup d’état civil, il affirme « hériter d’un pays stable, riche et prospère ». 28 ans après, Paul BIYA a fait du Cameroun un Pays Corrompu, Pauvre et très Endetté (PPCTE), survivant grâce aux perfusions des institutions internationales. Plus de 70% de la population du Cameroun vit dans une misère indescriptible, qui situation pousse la jeunesse à fuir massivement le pays à la recherche d’un hypothétique eldorado ailleurs. Quelques mois avant sa mort, feu l’archevêque de Yaoundé, Mgr Jean ZOA pourtant proche du pouvoir politique, comparait la situation du Cameroun à celle d’un « homme tombé entre les mains d’un braqueur » !

Après ces 28 années de pouvoir, marquées par un bilan social, économique et politique totalement catastrophiques, Paul BIYA le roi-fainéant, veut se maintenir au pouvoir par un simulacre d’élection en octobre 2011. Ce qui courir au pays un très grave risque d’implosion socio-politique sur lequel de nombreuses ONG nationales et internationales ont déjà tiré la sonnette d’alarme. ELECAM, chargé de l’organisation de l’élection de 2011, est un organe outrageusement partisan et partial, dirigé par des caciques avérés du RDPC au pouvoir et est de ce fait, totalement disqualifié pour organiser des élections justes et équitables au Cameroun.

Pour protester contre la mascarade électorale qui se prépare en 2011, la confiscation du pouvoir et des libertés démocratiques par Paul BIYA et son clan, le Collectif des Organisations Démocratiques et Patriotiques des Camerounais de la Diaspora (CODE), organise une journée de mobilisation générale à Paris, le Samedi 06 Novembre 2010 selon le programme ci-après :

09H - 13H00 : Séminaire sur les élections.

Thème : La problématique de l’alternance par les élections en Afrique : le cas du Cameroun.

Adresse : Bourse du travail – 2, Rue du Château d’eau, Paris 10ème (Métro République).

Ce séminaire est connaîtra la participation de représentants associatifs de plusieurs pays africains (Gabon, Congo, Togo, Côte d’ivoire, Mali, etc.) et Français et sera l’occasion d’échanger les expériences sur les processus électoraux de quelques pays africains afin d’en tirer tous les enseignements pour l’élection présidentielle de 2011 au Cameroun.

15H00 - 17H30 : Grande Manifestation - Place du Trocadéro (Métro Trocadéro)

Pour :

- Exiger des conditions démocratiques et transparentes pour l’élection présidentielle de 2011

- Condamner les violations massives des Droits humains et les assassinats de journalistes

- Dénoncer le soutien des autorités françaises à la dictature criminelle au pouvoir au Cameroun

Mobilisons nous TOUS pour faire du 06 novembre 2010 LE dernier anniversaire du dictateur Paul Biya au pouvoir !!!

« 28 ans ça suffit !!! Paul Biya, fous le camp !!! »

« Partir comme Mobutu ou comme Diouf, Biya doit choisir !! »

Contact et information : EMEH Elong +33663786227 ; TENE SOP +491634637140 ; Moise ESSOH : +32493983369 ; Email : tenesop@googlemail.com

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes