lundi, 23 octobre 2017
 

Cameroun : En Suisse le Code frappe à l’hôtel Intercontinental, la garde rapprochée de Paul Biya en débandade

Hôtel intercontinental de Genève, le personnel de ce complexe tenue en haleine, les clients surpris, la garde rapprochée de Paul Biya panique, la presse genevoise surprise de l’ampleur de la manifestation, tous les ingrédients étaient réunis pour troubler le séjour du chef de l’Etat camerounais dans la confédération helvétique. Trois activistes du Collectif des Organisations Démocratiques et Patriotiques des Camerounais de la Diaspora ont manifesté à l’intérieure et à l’extérieure de ce complexe hôtelier pour décrier la présence récurrente du chef de l’Etat camerounais à Genève

Après son récent séjour aux Nations Unies, où il a pris la parole à l’occasion de la 65e session de l’assemblée générale, le président Biya ne se doutait pas qu’il allait affronter pour la première fois ses ennemis les plus déterminés et les plus audacieux, ceux que le ministre des Relations Extérieures appelle « une bande de d’antipatriotes qui ternissent l’image du Cameroun et de l’homme qui l’incarne ». Débarqué à Genève dans la matinée du samedi 25 septembre dernier, son cortège a pris la direction de l’Intercontinental, l’hôtel où il séjourne pendant ses déplacements en Suisse depuis plusieurs années. Alors que le président s’installe tranquillement dans ses appartements de l’hôtel avec son épouse Chantal Biya, les agents de sa garde rapprochée prennent position dans le restaurant et la galerie de l’hôtel.

Il est 13h. La pluie qui tombait depuis le matin, a cédé la place à un soleil qui brille avec une certaine paresse. L’hôtel Intercontinental est connu comme un havre de paix. C’est un endroit qui respire la douceur et la quiétude. Cet imposant immeuble vitré est une icône qui s’est forgé une solide réputation. Des milliardaires venant des pays du Golfe viennent ici avec leurs familles pour se reposer. Ce jour, il y a un ballet incessant de grosses limousines qui débarquent des clients qui arrivent des quatre coins du monde. Cet endroit permet au président Biya d’échapper à la pression de la responsabilité présidentielle. Ce samedi en début d’après-midi, cette réputation va prendre un coup très dur. Subitement, des journalistes Suisses et africains débarquent à l’hôtel avec des caméscopes qui filment une scène étonnante. Ce sont des membres du CODE, dirigés par leur leader Brice Nitcheu en personne, qui viennent « pour débarquer Paul Biya » dira ce dernier, lorsqu’il se pointe, flanqué de deux de ses fideles lieutenants, à la réception de l’hôtel.

Le coup est astucieusement préparé. Lorsqu’ils déjouent la vigilance de la sécurité de l’hôtel et s’introduisent à l’intérieur, ils déposent doucement un gros sac, duquel ils sortent des drapeaux du Cameroun qu’ils enroulent autour du cou. Il y a aussi une chaine, que l’un des activistes, attache autour du cou. De grands posters sortent des poches. On peut y voir une photo montée du président Biya, sur laquelle il porte de gros sacs de dollars. Il y a aussi des posters de Lapiro de Mbanga, et de Paul Eric Kingué, qui croupissent tous les deux dans des prisons au Cameroun. On voit également certains posters de Paul Biya et de sa famille, sur lesquels on peut lire « La famille royale en pleine détente, pendant que les journalistes meurent dans les prisons au Cameroun » et des dizaines d’autres affiches portant des massages divers.

Ainsi équipés, les trois membres du CODE se dirigent vers la réception. Pendant ce temps, la garde rapprochée qui a remarqué la scène, panique. Lorsqu’elle voit les activistes se diriger vers la réception avec des journalistes qui filment la scène, on les entend crier, presque les larmes aux yeux « ce sont les gars du CODE ». C’est la débandade.

On les voit dans une agitation qui frise la transe. Ils sont, à ce moment, six agents. Nitcheu et ses lieutenants les ignorent et sont maintenant devant les cinq réceptionnistes de l’hôtel, qui sont pétrifiés par la scène. Nitcheu explique, très sereinement l’objectif de l’assaut : « Nous sommes des Camerounais, et nous sommes venus ici vous dire, après plusieurs lettres de protestation que nous vous avons envoyées, que vous devez appeler les appartements de Paul Biya pour lui de sortir d’ici. Les Camerounais ne peuvent plus accepter qu’un homme qui pille le Cameroun avec sa famille, viennent s’installer chez vous, 7 mois sur 12, pour dilapider l’argent que les travaillent à la sueur de leur front ». Le ton est placide, direct, mais sans ambigüité. Pendant que Nitcheu parle, ses lieutenants déposent sur le comptoir des tracts faisant état du nombre des victimes de cholera et dénonçant Elecam. Interloqués les réceptionnistes ne savent quoi faire, ni quoi dire.

Après quelques minutes d’hésitation, les réceptionnistes font appel à la directrice de l’hôtel, une dame qui arrive en courant, la main sur la tête. Elle dit aux membres du CODE que l’hôtel est un endroit privé, et qu’ils doivent se mettre dehors. Un des activistes du CODE rétorque qu’elle ne saurait appeler le siège de la présidence du Cameroun un endroit privé, car c’est ici que Paul Biya réside, après avoir placé le Cameroun en pilotage automatique.

Elle insiste, le CODE résiste. Elle fait appel aux agents de la sécurité de l’hôtel, ce qui laisse les activistes imperturbables. A ce moment, tout le personnel administratif arrive, et tente de persuader Nitcheu et ses amis d’aller manifester à l’extérieur. « Mettez d’abord Biya » dehors rétorque l’intrépide leader du CODE. « Avez-vous obtenu une autorisation pour manifester ici » ? Demande la directrice. « Paul Biya ne demande l’autorisation à personne pour venir dilapider l’argent des Camerounais chez vous » répond le leader du CODE

Juste à coté, dans un corridor de l’hôtel, les agents de la sécurité présidentielle, tout en évitant soigneusement d’aborder les protestataires, se concertent au téléphone. Le chef de protocole de Paul Biya arrive. La directrice de l’hôtel va vers eux pour tenter de les rassurer. La police, que la directrice ne cesse d’appeler, tarde à arriver. Les contestataires sont postés juste à l’entrée de l’hôtel, de l’intérieur, leurs grands posters en main. Tous ceux qui arrivent, ou qui ressortent voient la scène, certains avec effarement. Un responsable de l’hôtel tente d’utiliser la force pour les mettre dehors et rencontre une résistance farouche.

Dans le corridor, la sécurité présidentielle s’agite avec excitation. Ils sortent des cameras et se mettent à filmer discrètement la scène. Ils reculent lorsque Nitcheu, très en colère, fait la menace d’une confrontation directe avec eux. Ce qu’ils ignorent, c’est qu’une journaliste, Juliette Abandonkwe, qui soutient l’action du CODE, est installée dans le corridor où ils se trouvent et enregistre tout ce qu’ils disent.

Dans la bande d’enregistrement, que la journaliste a partagé avec les autres journalistes présents, on peut écouter le chef du protocole demander à la directrice de l’hôtel « d’appeler la police pour qu’elle mettre fin au scandale » et « d’embarquer ces agitateurs pour aller les coffrer ». « Vous ne pouvez pas permettre ce genre d’intrusion qui menace la sécurité de hauts responsables » peut-on l’entendre dire. Il donne aussi des consignes à la garde rapprochée de tout faire pour éviter le moindre contact avec les activistes, « pour éviter toute exploitation malveillante des journalistes » présents

Cela fait déjà une heure de temps que le siège dure. Nitcheu et ses amis sont toujours là. La direction de l’hôtel est dépassée par les événements. Les agents de la garde de Paul Biya, qui évitent absolument Nitcheu et ses deux camarades, ont les nerfs à vif. « Comme vous pouvez le constater, la peur a changé de camp », déclare le leader du CODE aux journalistes. Plusieurs clients de l’hôtel sont sortis pour voir la scène, et certains posent des questions, auxquelles les activistes du CODE s’empressent de répondre en distribuant des tracts et des posters

Après plus d’une heure, la police arrive enfin. Aussitôt ont-ils garé devant l’hôtel, que les activistes du CODE entonnent bruyamment l’hymne national du Cameroun, qui résonne au loin. Deux policiers sortent du car de la police, en arborant un grand sourire. Ils evitent d’interrompre l’hymne national. A fin de l’hymne, les activistes entonnent aussi une autre chanson patriotique, « Liberté ». La police laisse faire

Les agents de la garde présidentielle sortent tous, pour venir assister à l’embarquement de Nitcheu et de ses seconds. Il n’en est rien. Les deux s’engouffrent dans un entretien très amical entre les activistes. Ils leur demandent d’ailleurs quelques posters, que le CODE offre sans se faire prier. A ce moment précis, Nitcheu demande la levée du siège, et improvise un entretien avec la presse présente.

« Nous avons atteint notre objectif » déclare Brice Nitcheu. « Désormais, Paul Biya doit savoir que nous suivons tous ses mouvements. Il ne pourra plus se cacher en Europe. Et tous les voyous et profiteurs qui l’entourent, y compris ceux qui composent sa garde, se rendent bien compte que cet homme qui a mis notre pays par terre, ne tardera pas à rendre de tous ses crimes. Nous allons le traquer partout, et lui rendre l’humiliation qu’il inflige au peuple camerounais au quotidien »

Les activistes, qui sont venus de Londres et de Bruxelles, ont repris la route, et promettant de revenir dans les prochains jours, à sans doute à l’ occasion du sommet de la Francophonie qui se tient à Montreux, toujours en Suisse, au moins d’octobre.

On n’avait plus entendu parler de Brice Nitcheu depuis des mois. « Nous ne perdons plus notre temps dans des rencontres et des résolutions et autres communiqués qui ne servent à rien, et nous n’allons plus jamais communiquer nos actions avant de les exécuter. Nous agissons maintenant en privilégiant l’effet de surprise. Nous avons installé ici à Genève une antenne opérationnelle pour traquer Paul Biya » conclu t-il.

Avec l’action spectaculaire et audacieuse qui vient de prouver l’impuissance de la sécurité présidentielle à l’Intercontinental, on peut simplement en déduire que le leader du CODE sait de quoi il parle. Just wait and see

Source : © Camer.be : Yolande Tankeu à Genève

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes