lundi, 19 février 2018
 

Cameroun : Une manifestation de musiciens attaquée par la police

En partenariat avec la Fédération Internationale des Musiciens, fondée en 1948, l’organisation internationale des syndicats de musiciens, de guildes et d’associations professionnelles représentant quelques 70 membres dans 60 pays à travers le monde.

Le 8 novembre 2012, une manifestation paisible a été organisé à Yaoundé par le syndicat des musiciens du Cameroun, afin de protester contre le refus du port de Douala de payer les redevances de droits d’auteur aux artistes. Cette manifestation a été durement réprimée par les forces de police sur les instructions du délégué général à la sûreté nationale. Les artistes ont parcouru environ 3 kilomètres avant d’être brutalement agressés et roués de coups. Plus de 500 artistes, dont Anne-Marie Nzié (photo – âgée de 85 ans) et le président du SYCAMU, Roméo DIKA (qui est aussi vice-président de la Fédération internationale des musiciens), ont été traînés à terre et battu à coups de matraque ou de poings. 63 d’entre eux ont été jetés en prison et libérés après plus de sept heures de détention. Les autres ont été transportés dans des camions et enfermés pendant plus de 10 heures. Roméo Dika est maintenant accusé par certains médias d’avoir préparé une insurrection, et peut être condamné à la peine de mort ou à la réclusion à perpétuité.

Vous pouvez signer une pétition ici

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes