mardi, 15 octobre 2019
 

Déclaration des confédérations syndicales des travailleurs du Cameroun

sur la suppression de la subvention de l’Etat en faveur de la société nationale de raffinage (SONARA)

Contexte

En fin d’année 2011, le Gouvernement du Cameroun avait déjà projeté d’augmenter le prix des hydrocarbures à la pompe et envisager de procéder à une suppression de la subvention qui, selon lui, est destinée à maintenir les prix de ces produits à leur niveau actuel. D’après les pouvoirs publics, le budget de l’Etat a supporté à hauteur de 323 milliards de FCFA la subvention au carburant en 2011, soit une dépense de 337 FCFA par litre de pétrole lampant et 238 FCFA par litre d’essence et de gasoil, pour un coût de plus de 700 milliards de FCFA de 2008 à 2010, à raison d’un peu plus de 250 milliards par an, dans le soutien des prix à la pompe. La subvention pour 2012 est prévue à hauteur de 400 milliards de FCFA, selon les mêmes sources. Les explications constamment diffusées pour justifier le lien entre la subvention et la hausse du prix du carburant à la pompe s’articulent autour :
- Des difficultés de fonctionnement de La Société Nationale de Raffinage (SONARA) qui vend à perte et ne compte que sur la subvention de l’Etat. Or ce dernier rencontrerait des difficultés budgétaires, d’où son incapacité à continuer de supporter cette subvention ;
- De la pression internationale due à la flambée du prix du pétrole sur le marché mondial, avec des cours en hausse devant se répercuter sur le marché interne ;
- De la mobilisation de ressources financières pour réaliser les projets d’investissement.

Le mois de janvier 2012 avait été annoncé pour la mise en œuvre de cette hausse des prix mais de multiples réactions de mécontentement ont amené les pouvoirs publics à suspendre la mesure envisagée. Cependant, sans y avoir renoncé, ils sont revenus à la charge. C’est ainsi que des révélations persistantes au courant de cette année 2012, de sources concordantes, font état de ce que cette mesure pourrait entrée en vigueur dès la fin du mois de juillet 2012. Ce qui s’est concrétisé par des sorties médiatiques et publiques des partisans et des opposants à cette hausse probable du prix du litre de carburant à la pompe. Pour une certaine opinion favorable à la suppression de la subvention, ces subventions qui sont allouées à la SONARA devraient être réaffectées au développement infrastructurel et à d’autres secteurs d’activités créatrices de richesses qui n’ont pas bénéficié d’appuis consistants et permanents de l’Etat pour leur essor. Une posture issue d’une posture d’adhésion à un discours officiel tenant lieu d’un chantage qui consiste à attribuer au maintien de la subvention, l’absence à l’avenir de construction d’infrastructures de base (Routes, écoles, hôpitaux…). A contrario, pour une large frange de l’opinion, aucune hausse des prix n’est envisageable (opportune) car ceux pratiqués actuellement sont suffisamment prohibitifs pour les catégories sociales les plus vulnérables et leur augmentation entraînerait un surenchérissement des produits de consommation courante. Il convient de rappeler que la SONARA qui ne raffinerait qu’à peine 6% du pétrole produit au Cameroun, en exporte plus de 50%.

Au nom des travailleurs et travailleuses Camerounais, les produits pétroliers utilisent les subventions, fruit de la collecte des impôts et taxes auprès du contribuable, pour financer l’importation à 90 % des produits pétroliers provenant du Nigéria, de la Guinée Equatoriale et d’autres sources, destinés à la consommation locale. Des importations qui représentent à elle seules 40 % de l’ensemble des produits importés au Cameroun. A travers leurs déclarations, les Dirigeants du pays ont beau jeu d’indiquer d’avoir effectué des dépenses pour appuyer la production et la distribution du carburant, mais omettent volontairement de révéler les bénéfices tirés de l’exploitation pétrolière. Or d’après des données financières officielles et des études menées par nos experts commis et des institutions crédibles, le pétrole a généré au Cameroun 1766,852 Milliards de FCFA en 2008-2010, pendant la période où le carburant était subventionné à plus de 700 Milliards de FCFA, et 4 978 726 838 FCFA en 2011 avec une hausse à 38, 48% de la vente des bruts et des transferts à l’Etat établis à 572,674 milliards de FCFA, soit une progression de 36,3%. Des chiffres qui ne tiennent pas compte des prélèvements fiscaux et douaniers induits.

De même, des études comparatives avec certains pays africains ayant le même potentiel énergétique et/ou économique que le Cameroun sinon moins, il se dégage que :
- Au Gabon, le super se vend à 535 FCFA/l, le gasoil à 470 FCFA/l et le pétrole lampant à 275 FCFA /l ;
- Au Nigéria, le prix du litre de super à la pompe est de 296 FCFA pour des subventions annuelles du carburant à hauteur de 8 milliards de dollars ;
- Au Tchad, le litre de super coûte 380 FCFA/l, 520FCFA/l pour le gasoil et 375 FCFA/l pour le pétrole lampant ;
- En Angola, le litre de carburant est obtenu à 325 FCFA ;
- En Algérie, 156 FCFA pour le litre de super et 85 FCFA par litre de gasoil ;
- Au Ghana, le super et le gasoil coûtent respectivement 392 FCFA/l et 450 FCFA/l ;
- En Tunisie, 448 FCFA/l, 330 FCFA/l et 265 FCFA/l respectivement pour le super, le gasoil et le pétrole lampant.

Les cinq premiers pays présentent des prix à la pompe plus bas que ceux du Cameroun grâce à un apport concret et soutenu de la rente pétrolière à la consommation, matérialisant ainsi leur statut de pays producteurs de combustibles fossiles. S’agissant des deux derniers, ils ne jouissent pas du même statut mais compensent ce désavantage naturel par l’instauration de mesures sociales rendant les prix à la pompe également bas et les services et produits de première nécessité accessibles aux moins nantis. Si l’Etat du Cameroun éprouve donc des difficultés à traduire son potentiel économique par l’exploitation et la transformation de ses richesses énergétiques en investissements palpables et visibles au profit immédiat et prioritaire des populations, il ne doit pas sans cesse en refléter la conséquence, au motif de vouloir renflouer les caisses, par un acharnement systématique et une pression permanente sur les bourses déjà vulnérables de la majorité des Camerounais vulnérables.

Ceux-ci endurent déjà au quotidien une inflation de la vie à la limite du supportable, marquée
- Par la cherté des denrées de première nécessité ;
- Un pouvoir d’achat des plus faibles caractérisé par une ponction de 70% des salaires dans la Fonction publique suivie de la dévaluation du FCFA depuis 1994,
- Le SMIG le plus bas des pays d’Afrique Centrale (28 216 FCFA), derrière la République Centrafricaine, le Tchad, le Congo Brazzaville la Guinée Equatoriale et le Gabon aux Smig respectivement de 35 000 FCFA, 60 000 FCFA, 70 000 FCFA, 110 000 FCFA et 150 000 FCFA.

A cette inflation se rattachent un chômage galopant, un sous emploi exponentiel, une précarité innommable : gages d’anéantissement des perspectives d’ascension sociale à laquelle aspire légitimement chaque citoyen. Autant de facteurs qui accentuent la misère sociale, consolident les embûches que rencontrent les Populations en général et les Travailleurs en particulier dans leur quête de bien-être moral et matériel, et rendent vulnérables ces masses populaires et laborieuses à toute insouciante réforme d’austérité.

Position syndicale

De ce qui précède, nous, Confédérations Syndicales des Travailleurs du Cameroun signataires réunies en « Intersyndicale » :

- Émettons de fortes réserves sur toute initiative d’augmentation du prix du litre de carburant à la pompe ;
- Affirmons que contrairement à l’état d’esprit dans lequel les autorités veulent plonger l’opinion publique, une réduction ou une suppression de la subvention aux produits pétroliers signifierait que les causes qui l’ont justifiée sont partiellement résorbées ou n’existent plus.

Demandons :

Une réduction des prix à la pompe à 407,61 FCFA/l de super ; 407,61 FCFA/l de gasoil et 225,41 FCFA/l de pétrole lampant. La satisfaction à cette demande résultant d’une véritable application de la politique de péréquation et de l’annulation d’un certain nombre de postes figurant dans la structure du prix du carburant au Cameroun, tel que le démontrent les documents fournis en annexe de la présente déclaration ;
- La suppression de l’utilisation des bons de carburant qui instaurent de fait sa consommation gratuite par les bénéficiaires ;
- L’augmentation du tarif des vignettes sur les automobiles à forte consommation de carburant.

Proposons :

En revanche, si le Gouvernement persiste dans une option de réduction ou de suppression de la subvention qui, au demeurant, ne bénéficie qu’à une extrême minorité de Camerounais les plus aisés. Nous formulons, les propositions suivantes :

1. La suppression progressive de la subvention ;

2. L’Allocation d’une partie des fonds issus de ces opérations au financement du budget des Universités d’Etat en vue de renforcer l’appui à la recherche et supprimer le taux de paiement annuel des droits universitaires qui s’élèvent à 50 000 FCFA par étudiant ;

3. L’affectation d’une partie au développement infrastructurel et à d’autres secteurs d’activités créatrices de richesses qui n’ont pas bénéficié d’appuis consistants et permanents de l’Etat pour leur essor.

4. Le relèvement substantiel du SMIG (Salaire Minimum Inter professionnel Garanti) ;

5. L’augmentation des salaires des travailleurs tous secteurs confondus ;

6. L’institutionnalisation du financement des programmes d’éducation ouvrière des Confédérations Syndicales des Travailleurs à l’instar de la plupart des pays du Continent Africain et du Monde ;

7. L’application effective des résolutions issues des négociations de Février 2008 ;

8. L’allègement des taxes et impôts sur les véhicules et engins de transport publics ;

9. L’instauration d’un comité tripartite de suivi et d’évaluation des mesures à arrêter.

Les Confédérations Syndicales des travailleurs signataires demandent instamment au Gouvernement de prendre en compte la présente déclaration et restent disposées à toutes négociations éventuelles aux mesures d’accompagnement préconisées ci-dessus.

Confédérations syndicales des travailleurs du Cameroun

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes