vendredi, 20 octobre 2017
 

Des partis de l’opposition camerounaise, organisés autour d’une coalition annoncent une marche de protestation

Ils contestent la parution prochaine de ce qu’ils pensent être une élection illégale en raison de graves manquements dans l’organisation

Des partis de l’opposition camerounaise organisés autour d’une coalition, ont annoncé ce lundi 17 octobre 2011, leur intention de marcher pour protester contre la publication des résultats de l’élection présidentielle du 09 octobre dernier. Nous appelons par la présente le peuple à venir massivement manifester en faveur de leur droit de participer à des élections libres et transparentes, peut on lire dans une déclaration commune signée par Kah Walla du CPP, Albert Dzongang de la Dynamique, John Fru Ndi du SDF, Adamou Ndam Njoya de l’UDC, Bernard Muna de l’AFP, Bernard Momo du PADDEC et Paul Ayah Abine du PAP. La coalition justifie sa position par de nombreux manquements de l’organe en charge d’organiser ces élections : Nous déclarons qu’Elections Cameroon (ELECAM) a failli complètement à sa mission d’organiser une élection libre, juste et transparente et par conséquent, rejetons tout résultat que pourra déclarer le Conseil Constitutionnel car nous sommes intimement convaincus qu’il n’ ya pas eu élection présidentielle au Cameroun le 09 octobre 2011, peut on lire dans leur déclaration commune. Leur principale exigence est l’annulation par le Conseil Constitutionnel de cette élection, conformément aux différentes requêtes qu’ils ont formulées devant la justice et aussi une révision de la loi électorale. Afin de prévenir une crise sociale grave, nous demandons la révision de la loi électorale et la mise sur pied dans un délai de six mois d’un nouveau système électoral qui sera véritablement indépendant et accepté par tous et qui devra conduire la nouvelle élection présidentielle, affirme la coalition.

Les dates et formes de la manifestation n’ont pas été rendues publiques, mais visiblement la manifestation devrait avoir lieu avant la fin de la semaine en cours. La marche vise à protester contre la parution des résultats, donc cela donne une indication claire du moment au cours duquel cette manifestation va se tenir, mais pour la forme, nous nous gardons de le dire parce que le pouvoir en place pourrait essayer de nous empêcher d’aller jusqu’au bout de notre initiative, ont fait savoir Kah Walla et Bernard Muna pour répondre à cette question. La coalition a aussi tenu à assurer le peuple qu’il ne sera pas seul dans les manifestations. Nous assurons le peuple camerounais que nous serons à ses côtés pendant les manifestations jusqu’à l’établissement d’une véritable commission électorale indépendante au Cameroun, annonce le communiqué. Cette déclaration intervient alors que la commission de recensement des votes travaille à la production des résultats qui devrait intervenir le 21 octobre. La déclaration intervient aussi alors que la Cour Suprême statuant comme Conseil constitutionnel est en train d’examiner les requêtes à elle adressées.

23 candidats sont en course pour l’élection présidentielle, dont Paul Biya. Après avoir hésité sur la question de présenter une candidature commune, elle dénonce fortement des manœuvres du régime en place pour justifier leur échec. Sur les 22 candidats opposés à Paul Biya, on notera que seulement sept forment la coalition. Ils pourraient cependant être le nouveau maillon fort de l’opposition camerounaise.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes