lundi, 23 octobre 2017
 

La 1ère édition du Festival International du Film des Droits de l’Homme de Yaoundé suspendue par les autorités camerounaises

COMMUNIQUE DE PRESSE

Yaoundé, le 13 avril 2011 – Hier, le mardi 12 avril 2011, la préfecture de Yaoundé a transmis une suspension d’autorisation de manifestation publique annulant la première édition du Festival International du Film des Droits de l’Homme de Yaoundé.

Hier au Centre Culturel Français, la cérémonie d’ouverture du Festival a été annulée à 18h en présence du public, intervenants et journalistes qui s’étaient déplacés en nombre. A Elig Edzoa / Bénoué, les animations et projections plein-air prévues à partir de 18h30 ont également été suspendues par les forces de l’ordre.

Les organisateurs du festival prennent acte de cette décision du préfet et informent la population que l’ensemble des projections et animations prévues (Mendong, Université Yaoundé 2, Elig Edzoa et Briqueterie) sont à ce jour annulées.

Cette suspension intervient dans un contexte politique international qui peut expliquer cette frilosité sur un sujet qui demeure sensible au Cameroun.

« Face aux raisons invoquées, nous pensons qu’il s’agit d’un refus politique de traiter les problèmes relatifs aux droits de l’Homme au Cameroun. Nous déplorons cette situation, et regrettons que le dialogue sur les Droits de l’Homme ne puisse pas avoir lieu sereinement au Cameroun. » indique Vincent Mercier, le directeur du Festival.

Les autorités camerounaises ont suspendu une manifestation qui se voulait un moment de dialogue, de rencontres et d’échanges, un lieu d’expression de la culture démocratique. Les films programmés ont déjà été diffusés dans plusieurs pays d’Afrique et cette manifestation se déroule chaque année pacifiquement dans plusieurs pays du continent.

Les organisateurs déplorent cette décision en premier lieu pour la population de Yaoundé qui se voit privée d’un nouveau rendez-vous culturel qui avait pour seule ambition d’offrir un nouvel espace de débats citoyen sur les droits de l’Homme au Cameroun.

La première édition du Festival International du Film des Droits de l’Homme de Yaoundé est organisée par l’association Alliance Ciné, en partenariat avec son partenaire l’association Internationale Kofi Annan pour la Promotion et la Protection des Droits de l’Homme et la Paix, en collaboration avec Espace Lumière et le Festival Mis Me Binga.

Cette action est financée par l’Union Européenne Le contenu de ce document relève de la seule responsabilité de l’association [A]LLIANCE et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l’Union européenne.

L’Union européenne est constituée de 27 États membres qui ont décidé de mettre graduellement en commun leur savoir-faire, leurs ressources et leur destin. Ensemble, durant une période d’élargissement de plus de 50 ans, ils ont construit une zone de stabilité, de démocratie et de développement durable tout en maintenant leur diversité culturelle, la tolérance et les libertés individuelles. L’Union européenne est déterminée à partager ses réalisations et ses valeurs avec les pays et les peuples au-delà de ses frontières. http://europa.eu/

Contacts :

Mélanie Barreau / Coordinatrice Générale du Festival melanie.barreau@alliance-cine.org / 00237 95 90 57 38

Vincent Mercier / Directeur du Festival vincent.mercier@alliance-cine.org / 00237 98 92 46 44

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes