vendredi, 20 octobre 2017
 

Violations en série de droits de travailleurs au Cameroun

De nombreux cas de violations de droits de syndicalistes ont été signalés au Cameroun. La CSI a fermement condamné les menaces, harcèlement, suspensions de contrats et licenciements abusifs de syndicalistes rapportés.

A l’institut national de cartographie (INC), les contrats d’une quinzaine de travailleuses et de travailleurs ont été suspendus pour fait de grève, lancée par des représentants du personnel afin d’obtenir la régularisation de leur situation par la conclusion des contrats de travail. Selon les informations reçues par la CSI, La Société sucrière du Cameroun (SOSUCAM) a engagé, en accord avec les autorités préfectorales du Département de la Haute Sanaga, une procédure judiciaire contre trois travailleurs, aussi pour fait de grève.

Enfin, Micheline Banbe Vice-présidente de la section syndicale en charge des femmes et Secrétaire adjointe aux affaires juridiques de l’Union régionale de CSAC à Douala a été abusivement licenciée de son entreprise, Orange Cameroun. La syndicaliste avait été présentée sur la liste de la section syndicale aux dernières élections des délégués du personnel en avril 2011. Depuis, l’employeur n’a pas cessé de cibler toutes les personnes sur cette liste ainsi que toutes celles présentées par la section syndicale en les disqualifiant au profit de travailleurs non-syndiqués.

« Il est intolérable que des travailleurs exerçant leurs tâches légitimes de syndicalistes soient traités de la sorte » explique Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI. « le droit de s’organiser, le droit à la négociation collective ou l’appel à la grève sont des droits indispensables au bon fonctionnement de la démocratie. »

Dans une lettre adressée aux autorités camerounaises, la CSI appelle le Président Paul Biya à mettre tout en œuvre pour que les travailleurs retrouvent leurs droits dans les plus brefs délais et que les Conventions fondamentales de l’Organisation internationale du travail (OIT), entre autres sur la liberté syndicale et la négociation collective, soient respectées au Cameroun.

Source : http://www.ituc-csi.org

1 commentaire
  • Violations en série de droits de travailleurs au Cameroun 2 avril 2012 14:11, par Tankeu Emile

    Le Cameroun est un Etat de droit et le président Paul Biya ne cesse de le démontrer et de donner les moyens y adéquats. Ainsi lorsqu’un droit est violé il existe des moyens pour recouvrer ce droit , tout cela est prévu, preuve que les lois camerounaises prennent en compte toutes les issues pour satisfaire tous les citoyens.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes