samedi, 20 janvier 2018
 

Centrafrique : Des voix s’élèvent pour exiger le jugement du général Moussa Assimeh

Deux jours après le départ de Bangui pour s’installer à Birao au nord-est de la Centrafrique du général Moussa Assimeh, l’un des chefs militaires rebelles de la Séléka ayant aidé Michel Djotodia à renverser le pouvoir de François Bozizé le 24 mars dernier, la société civile et des activistes des droits de l’homme réclament sa traduction devant la justice du pays ou devant la justice internationale.

“Je suis étonné d’apprendre le dimanche la nouvelle du départ de général Moussa Assimeh. Notre souhait est de le voir répondre devant la justice du pays, des actes que lui et ses hommes ont commis sur la population centrafricaine. C’est lui qui a organisé le fameux désarmement du quartier Boy-Rabe, qui a soldé par la mort de nos frères et soeurs que nous continuons à pleurer jusqu’au aujourd’hui”,

a déclaré Jonas Andji, secrétaire général des victimes des événements du quartier Boy-Rabe, dans le 4ème arrondissement de Bangui.

“On souhaite qu’il rende compte des actes qu’il a posés dans le pays, depuis que la Séléka a pris le pouvoir en Mars 2013. On se demande les victimes vont s’adresser à qui ?”,

se demande Maître Hyacinthe Gbiégba, président de l’action des chrétiens pour l’abolition de la torture.

Pour Anicet Yamalé, avocat au barreau de Centrafrique, le départ du général Moussa Assimeh, de Bangui sans être inquiété, témoigne de la complicité du président Michel Djotodia et de ses entourages à la souffrance que ce dernier a infligé au peuple centrafricain.

Le général Moussa Assimeh a rejoint la coalition Séléka en novembre 2012. Plusieurs organisations de la défense des droits de l’homme dans le pays l’accusent d’être responsable du désarmement de quartier Boy-rabe, réputé proche de l’ancien président François Bozizé, qui a fait de nombreux morts.

Le général, qui se réclame toujours de nationalité centrafricaine, est présenté comme un ancien colonel soudanais au Darfour, vaste province occidentale du Soudan en proie à un long conflit armé avec le pouvoir de Khartoum.

Il est recherché par la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Source : http://www.lanouvellecentrafrique.info

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes