jeudi, 16 août 2018
 

Communiqué de presse du M.L.P.C (Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain)

Le Dimanche 24 Mars 2013, la coalition SELEKA a opéré un Coup de force dans notre pays et mis fin au régime impopulaire et sans partage du Général François Bozizé.

Le Bureau Politique du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) a pris acte du changement intervenu et salué par une bonne partie des populations.

Force est malheureusement de constater que depuis plus de trois (3) semaines, les éléments incontrôlés de la SELEKA, de COAC, de COCORA continuent de commettre d’une manière dramatique, des exactions insoutenables et jamais égalées sur les populations de la ville de Bangui et celles de l’arrière –pays.

Ces exactions sont caractérisées par des :

- •actes de terreur ;
- •pillages à grande échelle ;
- •destructions de biens meubles et immeubles ;
- •viols, tortures et exécutions sommaires ;
- •séquestrations et enrôlement des enfants soldats ;
- •etc.………

créant ainsi l’insécurité généralisée, les déplacements massifs des populations, le blocage des activités économiques et la non-reprise de la vie publique nationale.

Malgré les engagements pris par les nouvelles autorités et plus particulièrement le Président de la République dans son adresse à la Nation, la situation va de mal en pis.

Les populations apeurées sont obligées de se déplacer ou de se terrer pour être à l’abri des balles perdues provenant des tirs nourris, continus et sporadiques des éléments incontrôlés de la coalition SELEKA, de COAC, de COCORA et d’autres forces occultes qui sévices nuit et jour .

L’exemple en date, est le fameux désarmement des quartiers de Boy –Rabe, la Cité Jean XXIII et du 7ème arrondissement qui s’est substitué à des pillages organisés et des affrontements meurtriers ayant coûté des pertes en vies humaines et plusieurs blessés. Puis s’en est suivi des déplacements massifs vers des quartiers vivant un calme apparent.

Le Bureau Politique du MLPC, résolument engagé aux côtés des populations Centrafricaines y compris celles des 4ème et 7ème arrondissements de la ville de Bangui qui vivent un drame sans précédant.

- •appelle les nouvelles autorités à prendre leurs responsabilités aux fins d’arrêter toutes les exactions commises sur les populations civiles et d’assurer la sécurité sur toute l’étendue du territoire national ;
- •demande expressément que des dispositions concrètes soient prises pour le désarmement effectif des éléments de la SELEKA, la libre circulation des biens et des personnes, la reprise du travail et des classes afin d’éviter une année blanche ;
- •exige la traduction des éléments coupables d’exactions et d’exécutions sommaires en justice et le respect des droits de l’homme sous toutes ses formes ;
- •Compatit aux souffrances des populations sinistrées, et éprouvées ;
- •adresse ses condoléances les plus émues aux familles de nombreuses victimes.
- •Exhorte les nouvelles autorités et la Communauté Internationale à multiplier des efforts en vue de ramener la sécurité, la paix et la cohésion nationale en République Centrafricaine.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes