vendredi, 17 août 2018
 

Congo Brazzaville : Libération immédiate de Nelson Apanga

Le syndicaliste Nelson Apanga passe la nuit d’aujourd’hui à l’hôpital militaire. Il était bien portant avant son arrestation et ressort dans un état piteux.

Cette situation est une violation manifeste de la Constitution congolaise, de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, de la convention contre la torture et autres instruments ratifiés par le Congo.

OCDH exige sa libération immédiate dès demain et demande aux autorités de lui garantir les soins nécessaires et protection.

L’OCDH exige aussi une enquête sur ces actes de torture. Le refus signifierait que les autorités congolaises cautionnent la torture.

Observatoire Congolais des Droits de l’Homme - OCDH

XXXXX

/// L’ÉTAT DE SANTÉ DE L’ÉTUDIANT NELSON APANGA SÉRIEUSEMENT MENACÉ ///

Nous tenons à signaler à l’opinion nationale et internationale que l’état de santé de Nelson Apanga est sérieusement menacé, nous sortons actuellement de l’hôpital militaire de Brazzaville où l’étudiant a été admis un moment. Le médécin qui l’a ausculté certifie qu’il souffre de graves troubles rénaux c’est-à-dire un problème de disfonctionnement renal suite aux tortures subies à la DGST. Nous tiendrons le pouvoir de Brazzaville responsable de tout ce qui adviendrait à cet étudiant (Président du MEEC actuellement MEELC = Mouvement des Élèves et Étudiants Libres du Congo) arbitrairement incarcéré depuis plus d’un mois.

Le Mouvement Citoyen RAS-LE-BOL

#RasLeBol #MaintenantOuJamais #PrenonsNousEnCharge #NotreEngagementNestPasUnCrime #FreeNelsonApanga

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes