lundi, 24 septembre 2018
 

Congo Brazzaville : Liberté pour l’opposant Paul-Marie MPOUELE

Paul-Marie MPOUELE, prisonnier d’opinion : sur fond de processus électoral biaisé, le gouvernement congolais déterminé à réduire au silence les opposants.

L’Observatoire congolais des droits de l’Homme (OCDH) est très préoccupé par l’incarcération depuis plus de deux mois, de monsieur Paul-Marie MPOUELE, vice-président du parti du peuple congolais (PPC) et candidat aux élections législatives de juillet 2012, en raison de ses opinions politiques.

En effet, c’est depuis le 17 avril 2012 que M. Paul-Marie MPOUELE a été mis aux arrêts alors qu’il répondait à une invitation "pour information" du colonel Antoine BOUITY alors commissaire central de Brazzaville. Il avait aussitôt été soumis à un interrogatoire en présence en présence du commandant Amedée OVOUNDAR.

Au cours de cet interrogatoire, il a été reproché à Monsieur Paul-Marie MPOUELE d’avoir proféré des injures publiques et des menaces à l’encontre "des plus hautes autorités de l’Etat" non autrement identifiées. Tous ces actes auraient été successivement commis, selon les autorités de police, dans le cadre de ses activités politiques, notamment lors des entretiens avec certaines personnes ou au cours des interviews et autres passages aux médias nationaux ou internationaux. A ce jour, la prétendue victime de ces injures n’est pas connue et aucune plainte dans ce sens n’a été notifiée à monsieur Paul-Marie MPOUELE pour justifier cette accusation.

Par ailleurs, il est reproché à monsieur Paul-Marie MPOUELE d’avoir, en compagnie de son collaborateur Edo Farel NGUIE, envoyé des messages téléphoniques dans lesquels il incitait les citoyens à réclamer la démission du président de la République, au regard de l’ampleur de la catastrophe du 04 mars 2012. Cet acte a conduit à ce qu’il soit retenu contre eux l’infraction d’atteinte à la sûreté de l’Etat.

Depuis son arrestation, M. Paul-Marie MPOUELE a été détenu à des endroits différents dont successivement le Commissariat central de Brazzaville et le Commissariat de Police de Ouenzé Manzandza avant d’être transféré à la Maison d’Arrêt central et de correction de Brazzaville le 20 avril 2012.

Ses avocats, qui éprouvent des difficultés à lui rendre visite, ont demandé une mise en liberté provisoire pour leur client afin de lui permettre de participer à la campagne électorale. Mais, la Chambre d’accusation du TGI de Brazzaville a décidé de se réunir pour statuer sur son cas le 28 juillet 2012, soit après les deux tours du scrutin législatif.

L’OCDH tient à souligner que monsieur Paul-Marie MPOUELE est souvent perçu comme une cible par le gouvernement en raison de ses activités politiques.

Tous ces éléments prouvent à suffisance que ce harcèlement judiciaire a pour but d’écarter monsieur MPOUELE de la course aux élections législatives et de neutraliser un adversaire politique.

Face à cette situation, l’OCDH recommande :

- La mise en liberté immédiatement et sans condition de l’opposant Paul-Marie MPOUELE ;

- Mettre un terme à la persécution des opposants sous toutes les formes ;

- Respecter les libertés fondamentales garanties par la constitution ;

- Respecter ses engagements internationaux librement consentis en matière des droits de l’homme ;

- Remettre en liberté toutes les personnes incarcérées sans inculpation ni jugement ou le cas échéant, les inculper d’une infraction prévue par la loi pénale et à les juger dans les plus brefs délais et dans le cadre d’un procès juste et équitable.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes