dimanche, 24 septembre 2017
 

CONGO : de la forfaiture politique à la violence partisane

Le tyran prédateur du Congo Brazza, Sassou Nguesso a fait bombarder des villages du pool fiefs d’un de ses opposants par des hélicoptères pilotés par des mercenaires étrangers ; des quartiers sud de Brazzaville ont connu des violences faisant au moins 17 morts ; les arrestations arbitraires d’opposants se multiplient et un climat de peur s’installe.

La Cour Constitutionnelle à la solde du pouvoir a proclamé le 24 mars les résultats définitifs du scrutin présidentiel du 20 mars en annonçant la victoire de Sassou 72 ans pour un troisième mandat avec 60% des voix, sans que les procès-verbaux aient été entièrement compilés. Elle ne fait que conforter le hold-up électoral réalisé par Sassou : une élection précipitée afin de prendre de vitesse l’opposition, un vote organisé dans un pays coupé du reste du monde, une CNEI partisane, de nombreux manquements aux règles démocratiques d’organisation du vote.

La coordination de l’opposition a, quant à elle, constitué une Commission Technique des Elections afin de se donner les moyens d’apprécier les résultats ; malgré les nombreux obstacles rencontrés, la CTE a pu, sur la base de 80% des procès-verbaux enregistrés, constater que deux candidats de l’opposition (Kolelas et Mokoko) auraient pu être qualifiés pour le second tour.

Nous ne sommes pas dupes de cette situation confuse mais ce que nous pouvons proclamer est que Sassou n’est pas, quoi qu’en disent les media français, le Président élu du Congo.

La Commission Afrique du Parti de gauche soutient les plates-formes politiques FROCAD-IDC dans leur demande au peuple congolais de poursuivre partout la désobéissance civile et citoyenne notamment sous la forme d’opérations ville morte.

La Commission Afrique du Parti de gauche demande que le gouvernement français réagisse en demandant, avec l’aide de l’Union européenne, une publication des résultats du premier tour détaillés issus des bureaux de vote selon les procès verbaux afin que l’ordre des candidats au premier tour soit vérifié.

La Commission Afrique du Parti de gauche exige que le gouvernement français dénonce le coup d’Etat électoral de Sassou et promeuve l’idée d’un dialogue politique entre congolais en vue de sortir le pays de la crise.

Pierre Boutry

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS

"Areva au Niger : un environnement sacrifié"[tiré de Survie France le 19 septembre 2017]

Liberté coloniale[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Mo Ibrahim tacle la France[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Ouattara dans de bonnes mains[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Milices européennes[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Sessions de rattrapage[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Soutien français à la déforestation[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

Non merci[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

0 | 8 | 16 | 24 | 32 | 40 | 48 | 56 | 64 | ...

Thèmes