mardi, 24 octobre 2017
 

Déclaration du FROCAD Europe suite aux arrestations des militants de l’opposition au Congo Brazzaville

Depuis l’activation par Mr Sassou Nguesso de son obsession à demeurer à la tête du Congo Brazzaville par le biais d’un coup d’état constitutionnel concrétisé par le frauduleux référendum constitutionnel du 25 octobre 2015, le peuple congolais vit dans la terreur d’un pouvoir qui, aux abois, brutalise et emprisonne les citoyens, lorsqu’il ne les assassine pas tout simplement.

Les violences perpétrées par le régime de Mr Sassou Nguesso sur les militants de l’opposition et de la société civile congolaises, courant octobre 2015, n’ont guère, outre mesure, ému ce pouvoir qui, au fil du temps, renforce sa politique de répression, au mépris des règles élémentaires des droits et libertés des citoyens prévus pas les lois de la république. Les forces patriotiques et républicaines congolaises n’ont cessé d’attirer l’attention des gouvernants sur les graves dangers que représente cette dérive autoritariste du régime de Mr Sassou Nguesso pour la paix sociale et la cohésion nationale.

Des représentants du FROCAD et de l’IDC ainsi que des responsables locaux de l’UPADS et de l’UPRN, dans des régions du pays, sont mis aux arrêts dans des centres de détention des chefs lieux dites régions. C’est le cas, à Madingou, dans la région de la Bouenza, de Joseph Mounkassa, Antoine Kouyékola et Joseph Ndefi, membres du Conseil National de l’UPADS et de trois militants de l’UPRN, à Djambala, dans les Plateaux. A ceux là s’ajoute Paulin Makaya, président de l’UPC, écroué à la maison d’arrêt de Brazzaville, après un humiliant enfermement au commissariat central de police de Brazzaville.

Par ces actes de répression, Mr Sassou Nguesso donne la preuve de ce qu’il n’est pas un apôtre de la paix, encore moins un défenseur de l’unité nationale, mais confirme son attachement à la violence comme mode d’accès et d’exercice du pouvoir. Au moment où certains pays du monde sont endeuillés par la barbarie du terrorisme, des familles congolaises sont meurtries et fragilisées par l’inhumanité d’un pouvoir qui ne sait s’exprimer que par la brutalité.

Tout en condamnant avec fermeté ces violences du pouvoir de Brazaville, la Représentation du FROCAD en Europe dit par ailleurs sa forte réprobation de la logique de terreur de Mr Sassou Nguesso qui, dit-on "grand bâtisseur et père de la nation", n’a de tout temps qu’utilisé la force pour trouver des solutions aux conflits qui l’opposent à ses compatriotes, pourtant disposant de la même humanité que lui.

La Représentation du FROCAD en Europe exige la libération immédiate et sans condition de Paulin Makaya et des responsables du FROCAD, de l’IDC, de l’UPADS et de l’UPRN touchés par d’injustes arrestations. Elle dit sa solidarité avec les populations congolaises de l’intérieur du pays et de la diaspora qui se battent pour une alternance démocratique crédible au Congo Brazzaville devant mettre le pays sur la voie de la normalisation institutionnelle et ainsi en finir avec le système clanique et inégalitaire de Mr Sassou Nguesso qui n’a cessé d’accumuler les contre-performances, briser l’unité nationale, réduire le pays à la pauvreté et à la conservation autoritaire et despotique du pouvoir.

Front Républicain pour le Respect de l’Ordre Constitutionnel et l’Alternance Démocratique en République du Congo FROCAD Représentation en France

Fait à Paris le 9 décembre 2015

Le Représentant spécial du FROCAD en Europe

Ouabari Mariotti

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes