samedi, 20 octobre 2018
 

La France et le Congo doivent faire avancer l’affaire des disparus du Beach de Brazzaville

Rencontre de Nicolas Sarkozy avec Denis Sassou Nguesso : Communiqué commun LDH-FIDH-OCDH

Alors que le chef de l’État congolais, M. Denis Sassou Nguesso, doit rencontrer M. Nicolas Sarkozy le 8 février, en marge de sa présence à Lyon à un forum organisé par l’Organisation internationale de la francophonie, la FIDH, l’OCDH et la LDH profitent de cette occasion pour appeler les autorités françaises et congolaises à mettre en œuvre leurs engagements de faire toute la lumière et contribuer à une justice effective et impartiale dans l’affaire des « disparus du Beach de Brazzaville ».

Cette affaire, instruite au Tribunal de grande instance de Meaux depuis le dépôt d’une plainte, en décembre 2001, par la FIDH, la LDH, l’OCDH et plusieurs victimes et toujours ouverte aujourd’hui, vise à établir les responsabilités pénales individuelles dans la disparition de plus de 350 personnes durant les premières semaines de mai 1999 au port fluvial du Beach de Brazzaville.

Nos organisations déplorent que les principaux responsables de ces disparitions n’aient pas encore répondu de leurs actes devant une justice indépendante et impartiale, en raison notamment du manque de coopération des autorités congolaises. La FIDH, la LDH et l’OCDH rappellent que la procédure au Congo Brazzaville avait été initiée en réaction à l’enclenchement par ces mêmes organisations d’une procédure en France, et avait abouti en août 2005, à la reconnaissance de la responsabilité de l’État congolais pour les disparitions forcées mais à l’acquittement pur et simple des 15 accusés, sans faire la lumière sur les faits et à l’issue d’une instruction bâclée et d’une parodie de procès.

« Au regard des résultats du procès de Brazzaville et en raison du fait que les plaignants ne sont pas les mêmes en France qu’au Congo, la justice française compétence pour instruire cette affaire et doit avancer résolument avec la coopération des autorités congolaises et françaises » a déclaré Patrick Baudouin, président d’honneur de la FIDH.

« Faire avancer la procédure française est d’autant plus important que les victimes, tant en France qu’au Congo, attendent toujours que passe la justice, plus de 10 ans après les graves violations des droits de l’Homme perpétrées au port fluvial du Beach de Brazzaville » a déclaré Roch N’Zobo, directeur exécutif par intérim de l’OCDH.

« La justice française doit avancer pour contribuer à la manifestation de la vérité dans cette affaire, afin qu’une justice impartiale, indépendante et équitable puisse passer » a déclaré Pierre Tartakowsky, président de la LDH. Rappel Entre le 5 et le 14 mai 1999, des Congolais (du Congo-Brazzaville) réfugiés du fait de la guerre civile dans la région du Pool ou en République démocratique du Congo (RDC), sont revenus vers Brazzaville par le port fluvial, suite à la signature d’un accord tripartite entre la RDC, la République du Congo et le Haut Commissariat aux réfugiés, définissant un couloir humanitaire censé garantir leur sécurité. A leur arrivée à Brazzaville, des centaines de personnes ont été arrêtées par des agents publics pour interrogatoire et ont disparu, sans que l’on sache, encore aujourd’hui, ce qui leur est arrivé.

Pour plus de détails sur ces événements et sur les procédures judiciaires passées et en cours, voir le récapitulatif de l’affaire élaboré par la FIDH (http://www.fidh.org/Affaire-des-dis...).

Paris, le 8 février 2012

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes