mercredi, 18 octobre 2017
 

Le vice-gouverneur de la province du Kasaï central menace de « tuer » la femme et les enfants d’un journaliste

Reporters sans frontières (RSF) se joint à Journaliste en danger (JED) pour dénoncer les menaces répétées à l’encontre de journalistes par des officiels congolais, dans le Kasaï central. L’administrateur du territoire de Mweka, Jean Shesh et le vice-gouverneur de la province, Justin Milonga, sont allés jusqu’à menacer les conjoints et les enfants des journalistes pour les faire taire. RSF et JED condamnent ces atteintes flagrantes à la liberté de l’information, indignes d’un gouvernement démocratique, et appellent les autorités à cesser ce harcèlement à l’égard de la presse.

Ci-dessous le communiqué de Journaliste en danger (JED).

Le 8 mai 2017

« Il faut que ta femme et tes enfants meurent pour que tu comprennes…. », lance le vice-gouverneur Justin Milonga à l’endroit du journaliste Edouard Diyi, directeur de la Radio Télévision Kasaï Horizons (KHRT), station émettant à Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï Central.

Pour JED, cette menace est trop explicite et trop grave, dans une province en proie à l’insécurité et où les journalistes risquent chaque jour leur vie, pour ne pas être prise au sérieux.

Selon les informations recoupées par JED, Edouard Diyi était en train de couvrir une manifestation au gouvernorat de la province, vendredi 5 mai 2017, lorsqu’il a été vigoureusement interpellé par M. Justin Milonga qui, visiblement, n’appréciait pas sa présence sur les lieux. C’est alors qu’il a menacé en ces termes : « Edouard, tu es là, je t’ai parlé plusieurs fois, tu ne changes pas. Tous les membres du conseil provincial de sécurité sont fatigués de ton cas. Je vais te faire arrêter. Moi-même, je suivrais de près ton cas pour voir qui va intervenir. Tu me connais bien, je vais en finir avec ta radio. Nous nous battons jours et nuits pour mettre fin à la situation sécuritaire et toi, tu ne fais qu’envenimer la tension. Je pense qu’il faut que ta femme ou tes enfants meurent pour que tu comprennes ».

Toujours dans la même province, à Mweka, une cité située à 250 Km de Kananga, Jérôme Mwana Nsthieyi, journaliste de la Radio télévision Mweka, craint pour sa vie après avoir dénoncé dans les réseaux sociaux le comportement de certains pasteurs brahmanistes qui, selon lui, s’écartent de la philosophie du prophète « Brahnam ».

Le samedi 6 mai 2017 vers 7 heures, un groupe d’hommes armés ont fait incursion au domicile du journaliste à sa recherche. Ne l’ayant pas trouvé et après avoir fouillé de fond en comble sa maison, ces hommes armés ont procédé à l’arrestation de l’épouse du journaliste. Celle-ci a été conduite à la résidence de l’administrateur du territoire de Mweka où elle a été sommée de leur indiquer où se trouverai son mari. L’épouse du journaliste a été remise en liberté vers 18 heures.

Journaliste en danger (JED) exprime sa vive préoccupation suite aux menaces répétées dont sont victimes, depuis plusieurs mois, les journalistes dans la province du Kasaï Central où les autorités provinciales et les miliciens de Kamuina Nsapu s’en prennent aux professionnels des médias.

JED demande instamment aux responsables de cette province de mettre fin à ces pressions.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes