vendredi, 22 juin 2018
 

RDC : 500 personnes mobilisées pour que la Belgique reconnaissent ses responsabilités historiques dans l’assassinat de Patrice Lumumba

Ce dimanche 16 janvier, sous un soleil plus congolais que belge, 500 personnes ont défilé dans les rues de Bruxelles pour exiger la vérité, la justice et des réparations concernant le dossier de l’assassinat de Patrice Lumumba |1|.

50 ans après son assassinat, le 17 janvier 1961, Patrice Lumumba reste le symbole de la lutte panafricaine pour l’indépendance du Congo et l’émancipation des peuples. Son combat reste une source d’inspiration à travers le monde |2|. Premier Ministre du Congo nouvellement indépendant, élu démocratiquement par le peuple congolais à la grande surprise du gouvernement belge qui avait organisé les élections, il est assassiné six mois plus tard, ainsi que plusieurs de ses compagnons, dont notamment Joseph Okito, Président du Sénat et Maurice Mpolo, Ministre des Sports, parce qu’ils ont tenté de libérer leur pays du joug colonial et néocolonial. De nombreuses preuves pointent la responsabilité entre autres des gouvernements belge et américain dans l’isolement puis dans le renversement anticonstitutionnel du gouvernement Lumumba, dans l’organisation de ces meurtres, et dans la mise en place du gouvernement de Mobutu, dictateur corrompu qui a servi les intérêts des gouvernements occidentaux et de leurs multinationales. Pour la démocratie congolaise et pour la démocratie belge, il est essentiel que cessent la désinformation et l’impunité qui couvrent ces crimes contre l’humanité, et que les victimes et leurs familles, mais aussi les peuples belges et congolais, aient enfin droit à la vérité, la justice, et la réparation |3|.

Cette mobilisation a connu un franc succès. 500 personnes (150 selon la police... décidément ils ne savent pas compter !) sont venus soutenir l’appel lancé par le collectif Mémoires Coloniales |4| « 50 ans après l’assassinat de Patrice Lumumba : vérité, justice et réparation pour le peuple congolais ! ». Belges et congolais, toutes générations confondues, souhaitent que la Belgique reconnaisse ses responsabilités dans l’assassinat de Patrice Lumumba et que justice soit rendu au peuple congolais et que celle-ci s’accompagne de justes réparations.

C’est à 14h00 que le rendez-vous avait été fixé, place du trône, au pied de la statue de Léopold II. Après une introduction d’Antoine Tshitungu Kongolo, qui a laissé Léopold II de bronze (du Congo !) le cortège s’est dirigé vers le palais de justice, accompagné par la musique festive de la Samba bruxelloise. Différents arrêts ont été faits le long du parcours, permettant à Lucas Catherine de donner quelques explications historiques sur les monuments coloniaux environnants |5|.

Vers 17h00, le cortège est arrivé devant le palais de justice où différentes personnes ont pris la parole pour relayer et soutenir l’action du collectif Mémoires Coloniales. Notons, parmi ces intervenants : Guy Lumumba, fils de Patrice Lumumba, Ludo de Witte, auteur de L’assassinat de Lumumba, Helmut Scholz, représentant le Parti de la Gauche Européenne (PGE) et aussi Felix Cardenas, vice-ministre de la décolonisation de Bolivie. Ce dernier, est revenu avec force sur la nécessité de faire des ponts entre les luttes de libération des peuples. Luttes qui n’appartiennent pas uniquement à l’histoire, mais qui sont bien en œuvre aux quatre coins du monde.

Le collectif n’en est pas à sa première initiative autour du « dossier Lumumba », déjà en janvier 2008, le journal Le Soir publiait une carte blanche « Hommage à Patrice Lumumba. La Belgique doit reconnaître ses responsabilités historiques » dans laquelle le collectif revenait sur les responsabilités de la Belgique dans l’assassinat du panafricaniste congolais. Un an plus tard, en janvier 2009, le collectif organisait à Ostende un hommage à Lumumba auquel s’était joints plus d’une centaine de personne |6|. Cette année, pour les 50 ans de l’assassinat du leader indépendantiste, cette manifestation a eu un échos particulièrement large, grâce notamment à l’appel lancé début janvier par le collectif, et qui à déjà rencontré le soutien de diverses organisations |7| et de nombreuses personnalités. Citons, par exemple, les historiens Elikia Mbokolo et Adam Hochschild, le cinéaste Balufu Bakupa-Kanyinda, Paul-Emile Dupret (Parlement européen, groupe GUE/NGL), Ludo De Witte (auteur), Lucas Catherine (auteur), Antoine Tshitungu Kongolo (auteur) ...

Les revendications de cet appel au cœur de la mobilisation de ce dimanche ont été scandées haut et fort ! Conscient que la Belgique, la royauté et les médias dominants |8| savent faire la sourde oreille sur ce dossier, le collectif Mémoires Coloniales, continuera son travail, entrainant avec lui de nouvelles forces, de nouvelles énergies jusqu’à ce que la vérité éclate, que la justice soit enfin rendue et que le peuple congolais reçoivent les réparations qui lui sont dues.

La lutte continue !

Notes

|1| Voir une vidéo de la manif par Telebraille sur http://www.youtube.com/watch?v=QiOI...

|2| Ecouter l’émission de Daniel Mermet, Là bas si j’y suis qui lui est consacrée http://www.la-bas.org/article.php3?...

|3| Lire l’article de Virginie de Romanet « L’assassinat de Lumumba, un crime bientôt jugé en Belgique ? »

|4| Lire et signer l’appel ici ou ici

|5| Lucas Catherine est membre du collectif Mémoires Coloniales, il est l’auteur de « Promenade au Congo : petit guide anticolonial de Belgique »

|6| Lire le compte rendu et voir la vidéo

|7| CADTM, INTAL, LCR-SAP, Égalité, Dialogue des Peuples,Cercle des Amis de Lumumba, Attac ULB, les Jeunes anticapitalistes JAC, Forum Nord Sud,Le Parti Communiste d’Espagne, PTB, etc... Voir la liste complète des signataires sur le site www.cadtm.org

|8| Aucun « grand » médias belge n’a estimé important de faire le déplacement, se contentant de reprendre la dépêche envoyé par l’agence de presse Belga . Le collectif Mémoires Coloniales a été en contact avec des médias français (France Inter), Espagnol et Italien...

Source : http://www.cadtm.org

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes