mardi, 17 octobre 2017
 

RDC : 90 ONG exigent l’arrestation du président soudanais Omar El-Béchir

Près de quatre-vingt-dix associations œuvrant en République démocratique du Congo (RDC) ont réclamé l’arrestation du président Omar el-Béchir arrivé mardi 25 février à Kinshasa pour participer au sommet des chefs d’Etat africains sur le Marché commun de l’Afrique de l’Est et Australe (Comesa). Le président soudanais est recherché par la Cour pénale internationale (CPI) qui a émis deux mandats d’arrêt contre lui en 2009 et 2010.

Dans un communiqué rédigé avant l’arrivée du chef d’Etat soudanais, ces ONG estiment que la RDC qui a ratifié le traité de Rome instituant la CPI devrait exécuter le mandat d’arrêt émis par la Haye.

« La RDC, de par ses obligations résultant du traité de Rome instituant la Cour pénale internationale (CPI), qu’elle a ratifié, ne pouvait pas inviter le président El-Béchir et se doit de coopérer avec la Cour et d’exécuter les mandats d’arrêt qu’elle émet », expliquent les signataires de ce document.

Selon Descartes Mpongo, secrétaire exécutif de l’Action des chrétiens activistes des droits de l’Homme, basée dans la province du Sud-Kivu, la RDC doit clairement démontrer qu’elle est du côté de la justice et des victimes, pas du côté des suspects.

La CPI a émis deux mandats d’arrêt contre Omar El-Béchir en 2009 et 2010. Il est accusé de crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide dans le conflit du Darfour à l’ouest du Soudan.

Depuis ces mandats, il a pu voyager dans plusieurs pays africains sans être inquiété.

Avec l’AFP

Source : http://radiookapi.net/

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes