mardi, 24 octobre 2017
 

RDC : Bienvenu Matumo est LIBRE

Notre camarade Bienvenu Matumo, qui était porté disparu depuis le soir du 8 août 2015, est arrivé chez lui dans l’après-midi de ce mercredi 12 août.

C’est l’Agence Nationale des Renseignements qui l’avait enlevé et qui le détenait dans ses bureaux situés près de la Primature, dans la commune de la Gombe. Les conditions de sa détention étaient très mauvaises. Pour autant, Bienvenu n’a heureusement pas été spécialement maltraité.

Notre mouvement citoyen se réjouit que Bienvenu soit retrouvé vivant, et qu’il recouvre sa liberté. Nous remercions tous nos concitoyens, les organisations de défense des droits de l’Homme, la MONUSCO, et même certains responsables politiques qui se sont mobilisés à cet effet.

Nous condamnons avec force les méthodes anarchiques de l’Agence Nationale des Renseignements, et dont l’enlèvement et la séquestration de notre camarade n’est que le dernier exemple en date. Les citoyens Congolais sont en droit d’attendre d’un service attaché à leur Présidence de la République un comportement et des agissements professionnels et respectueux de la loi. Malheureusement, à aucun moment le Président de la République et le gouvernement n’ont condamné de tels actes, ni demandé des comptes à leurs auteurs, ce qui laisse croire qu’ils les cautionnent.

L’enlèvement et la séquestration de Bienvenu Matumo fait partie d’une stratégie visiblement délibérée d’intimider et faire taire la voix de la jeunesse Congolaise qui, à la veille d’élections cruciales pour la RDC, aspire légitiment à l’alternance démocratique, la démocratie, la bonne gouvernance, ainsi qu’à sa pleine participation citoyenne. C’est dans cette même stratégie que s’inscrit l’enlèvement, la séquestration pendant près de 50 jours, puis le simulacre de procès en cours contre deux autres de nos camarades, Fred Bauma et Yves Makwambala.

Nous demandons au Président de la République de faire le ménage dans ses Services de renseignements, et de s’assurer que les responsables des violations répétées des droits de l’Homme sont limogés et mis à la disposition de la justice. La fin de l’impunité tant clamée est la seule façon de garantir que ces actes ne vont pas continuer à se reproduire. Son silence ou son inaction sera interprétée comme une caution à ses actes, et il devra personnellement en répondre un jour.

Nous continuons de demander la libération de Fred Bauma et Yves Makwambala, illégalement et injustement détenus à Kinshasa depuis bientôt cinq mois. Ils n’ont commis aucun crime. Ce sont des citoyens exemplaires, qui aiment leur pays et aspirent à le voir vivre en paix et en démocratie.

Enfin, nous demandons aux Congolais de ne pas céder à la peur et aux intimidations, tant qu’ils luttent dans la non-violence pour leurs droits et leur dignité. Nous ne devons pas donner raison à ceux qui croient utiliser l’oppression pour nous subjuguer pour toujours. Nous demandons à toutes les personnes de bonne volonté de continuer à soutenir notre combat juste et nécessaire pour la paix, la liberté, la démocratie et la dignité dans notre pays.

Nous sommes le Congo, et le Congo sera toujours debout !

Pour la Lucha,

La Cellule de Communication.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes