samedi, 16 décembre 2017
 

RDC : Contre la censure du documentaire sur l’assassinat d’un défenseur des droits de l’Homme

Kinshasa - Journaliste en Danger (JED) s’inquiète de la décision prise par les autorités congolaises tendant à interdire la diffusion, sur tout le territoire congolais, d’un film documentaire retraçant les circonstances et le déroulement du procès sur l’assassinat, il y a plus d’une année, d’un éminent défenseur des droits de l’Homme en RD Congo.

Selon des informations diffusées, lundi 09 avril 2012 dans la presse, le Ministre de la Justice et Droits Humains, Luzolo Bambi a adressé, le 27 mars 2012, une lettre au président de la Commission Nationale de Censure, lui enjoignant de ne pas autoriser la diffusion du film intitulé « L’affaire Chebeya, crime d’Etat ? », dernier documentaire du réalisateur belge, Thierry Michel, consacré au procès sur l’assassinat, le 1er juin 2010, de M. Floribert Chebeya, activiste des droits de l’Homme et président de l’ONG la « Voix des Sans Voix (VSV) ».

Le Ministre reproche à ce film documentaire son « titre tendancieux » et de laisser passer des séquences « qui portent atteinte à la personne du Chef de l’Etat ». D’où sa décision d’interdiction « en attendant que le réalisateur tienne compte de mes observations formulées à Genève tant sur l’intitulé que sur la méprise sur le Chef de l’Etat », peut-on lire dans cette correspondance.

Sans entrer dans le fond de cette affaire, JED émet néanmoins ses réserves de principe sur l’opportunité et la rentabilité d’une telle mesure d’interdiction sur le droit à la liberté d’expression et le droit du public à l’information, reconnus et garantis par les lois congolaises.

Pour JED, quelques soient les reproches que l’on peut faire à ce documentaire, rien ne peut justifier une censure a posteriori de ce document alors qu’il fait l’objet de larges diffusions suivies de débats contradictoires dans des médias et salles publiques à l’extérieur du pays.

Compte tenu de la vive émotion qui avait suivi l’assassinat de ce défenseur des droits de l’Homme, et des réactions diverses suscitées par la sortie de ce film documentaire, JED demande aux autorités congolaises de faire preuve de tolérance et d’esprit démocratique en favorisant plutôt, et en interne en RD Congo, un débat public autour des questions controversées soulevées par ce film.

Pour JED, le fait que la partie civile avait décidé de faire appel des jugements, et contre les condamnations déjà prononcées au premier degré par un tribunal militaire, démontre bien que les débats sur cette affaire n’ont jamais été définitivement clos.

Pour rappel, dans l’affaire de l’assassinat du président de la VSV, la Cour Militaire de Kinshasa/Gombe a rendu son verdict en juin 2011 condamnant cinq des huit policiers prévenus dont quatre à la peine capitale et un à la prison à perpétuité. Les trois autres ont été acquittés. La Cour a également reconnu la responsabilité civile de l’Etat Congolais dans l’assassinat de Floribert Chebeya.

Quant au numéro un de la police nationale congolaise, le général John Numbi, il avait été suspendu de ses fonctions à titre conservatoire, dès le lendemain de ce meurtre, et n’a été cité à comparaître dans ce procès qu’à titre de renseignant.

Pour tout renseignement complémentaire :

Journaliste en danger

B.P. 633 - Kinshasa 1 374, av. Col. Mondjiba Complexe Utexafrica, Galerie St Pierre, 1er niveau, Local 18 Kinshasa/Ngaliema République Démocratique du Congo

direction (@) jed-afcentre.org

tél : +243 81 99 29 323 // téléc : +44 20 7900 3413

http://www.jed-afrique.org

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes