vendredi, 20 octobre 2017
 

RDC : débat sur le parrainage des militants de la société civile

Nous publions deux textes :

Celui de la FIDH qui présente l’action du parrainage de 20 députés européens en faveur de militants de la société civile.

Celui de la LUCHA qui réfute cette action


- Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH)
- Organisation mondiale contre la torture (OMCT),
- Filimbi
- Ligue des Electeurs (LE)

20 eurodéputés parrainent 20 défenseurs des droits humains congolais

Une conférence de presse s’est tenue aujourd’hui au Parlement européen pour lancer une initiative originale : 20 eurodéputés ont accepté de parrainer 20 défenseurs des droits humains congolais en danger afin de leur apporter une meilleure protection dans leur combat pour les droits humains et la démocratie.

Alors que la République démocratique du Congo (RDC) est en proie à de nombreuses tensions dans la perspective de la tenue des élections présidentielle et générale, les activistes de la société civile sont inquiétés pour leur combat en faveur de la démocratie, de l’alternance politique et la défense des droits humains.

Nos organisations soutiennent - ou ont élaboré avec des parlementaires européens engagés et de tous bords politiques - un mécanisme de parrainages des défenseurs des droits humains en danger par des eurodéputés. Issus de 20 organisations de défense des droits humains et de mouvement citoyens, les activistes menacés pourront compter sur la mobilisation de leur parrains eurodéputés pour informer, alerter et mobiliser la communauté internationale sur leur sort et agir en leur faveur.

« L’objectif de ce nouveau mécanisme est de permettre aux activistes de la société civile d’être mieux protégés en cette période de violence politique. Des dizaines d’activistes en RDC sont arrêtés, harcelés et emprisonnés arbitrairement pour exiger que leur droit à choisir librement leur dirigeant soit respecté. Nous ne voulons pas encore une fois que notre vote soit volé par nos dirigeants », a déclaré Floribert Nzuluni du mouvement citoyen Filimbi.

Ce mécanisme a vocation à mobiliser plus d’eurodéputés pour protéger plus de militants de la société civile en RDC. Il pourra également se mobiliser sur d’autres crises dans le monde.

« Les parlementaires européens démontrent encore une fois leur solidarité et leur soutien à la société civile congolaise qui se bat pour la démocratisation en RDC. Protéger les défenseurs des droits humains et les activistes des mouvements citoyens constitue en RDC, en Afrique et partout dans le monde une condition essentielle à l’émergence de l’expression démocratique. Protéger les droits humains est une condition essentielle pour faire progresser la démocratie à travers le monde », a déclaré Paul Nsapu, secrétaire général adjoint de la FIDH.

Contexte :

La situation politique en RDC s’est tendue un peu plus suite au report sin in die de l’élection présidentiel, avant le 19 décembre 2016, tel que le prévoyait la Constitution. L’accord de la Saint-Sylvestre, signé le 31 décembre 2016 entre la majorité présidentielle et l’opposition politique suite à la médiation de l’église catholique, prévoyait la mise en place d’un gouvernement de transition dirigé par le Rassemblement de l’opposition, l’instauration d’un Conseil national de suivi de la transition et l’organisation des élections avant fin 2017 sans la candidature du président sortant.

Toutefois, la majorité présidentielle n’a respecté ni l’esprit ni la lettre de l’accord de la Saint-Sylvestre en multipliant les manœuvres politiques : gouvernement de transition non issu de l’opposition, refus de la mise en place d’un organe de suivi de la transition et retards dans l’élaboration d’un calendrier électoral crédible. Parallèlement, la répression des défenseurs congolais des droits humains s’est aggravée, dans un contexte où la majorité de la société civile et de la population exigent le respect de la Constitution et l’alternance démocratique. Les représentants de la société civile et les défenseurs des droits humains en RDC doivent ainsi faire face à des menaces, des arrestations arbitraires et des assassinats qui risquent de s’exacerber dans les prochains mois.

Les listes des députés européens parrains et des organisations parrainées sont disponibles aux liens suivants :

FIDH : https://www.fidh.org/fr/regions/afr...

OMCT : http://www.omct.org/fr/human-rights...


La LUCHA n’est pas concernée par le « parrainage » des eurodéputés

Communiqué n° LUCHA/2017033.

La LUCHA a appris le lancement, mardi 26 septembre 2017 à Bruxelles, en Belgique, d’une initiative de « parrainage » de défenseurs des droits de l’homme et militants Congolais par un groupe de membres du Parlement européen. Dans un communiqué diffusé dans la presse (http://www.belga.be/fr/news/details...), la LUCHA est citée parmi les organisations dont les membres bénéficieraient dudit « parrainage. » Notre mouvement citoyen tient à faire la mise au point suivante, à l’attention de l’opinion publique Congolaise, européenne et internationale :

1. La LUCHA et ses militants ne sont ni concernés, ni participants, ni tout simplement intéressés par cette initiative. L’idée même que des citoyens Congolais, « militants » de surcroît, se fassent « parrainer » nous semble malheureuse et inappropriée, et ce, quelles que soient les bonnes intentions de ces Eurodéputés. Les principes d’indépendance, de liberté et de dignité qui font la force et fondent la légitimité de notre mouvement citoyen, et dont nous sommes si friands, ne peuvent en aucun cas s’accommoder du « parrainage » de qui que ce soit, pour quelque motif que ce soit.

2. Certes, le monde ne doit pas rester indifférent face au chaos sécuritaire, humanitaire, politique et social dans lequel un régime criminel et une classe politique irresponsable ont plongé le Congo, ni face à la persécution dont font l’objet les Congolais qui osent dénoncer et se dresser contre cet état des choses. A cet égard, la LUCHA apprécie à sa juste valeur l’engagement des institutions et des personnalités européennes et internationales sur la situation en RDC, spécialement sur la question des droits de l’homme et des libertés fondamentales. Mais de là se faire ou se laisser « parrainer », serait-ce par des personnalités prestigieuses ou respectables, il y a un abîme que la LUCHA ne risque pas de franchir.

Fait à Kinshasa, le 27 septembre 2017,

Pour la LUCHA, La cellule de communication.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes