lundi, 23 octobre 2017
 

RDC : des ONG s’opposent à la privatisation du secteur de l’électricité

Les ONG membres de la plate forme « Cohabitation de la société civile pour le suivi des reformes et l’action publiques », s’opposent à la proposition de loi portant libéralisation du secteur de l’électricité en RDC. Elles ont déposé, ce jeudi 13 juin au bureau du Sénat, un memo reprenant leur revendication. Pour ces organisations, le gouvernement devrait d’abord commencer par améliorer sa gouvernance vis à vis de la Société nationale d’électricité (Snel) avant d’entreprendre sa « privatisation ».

Le chargé de programme société civile à l’ONG Cenadep, Justin Mobomi, dit craindre la privatisation de la Snel, qui a le monopole de production, transport et distribution de l’électricité en RDC :

« La première crainte que nous avons, c’est la privatisation. C’est un secret de polichinelle : la Snel est en train d’être privatisée en pièces détachées. Aujourd’hui, les gens qui vivent à Tshikapa savent que ce n’est pas la Snel, mais une autre société qui distribue l’électricité là-bas. »

Justin Mobomi a dénoncé le manque de transparence dans la gestion des recettes de la Snel :

« Dans toutes les administrations congolaises, il y a des factures de la Snel que l’Etat ne paye pas. Quelques pays qui bénéficient de l’électricité de la Snel, quand ils payent [leurs factures de consommation], vous savez ce qu’on fait de cet argent là ? On ne profite pas de cet argent pour réhabiliter les infrastructures de la Snel. »

Source : http://radiookapi.net

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes