vendredi, 15 décembre 2017
 

RDC : détérioration de la situation de la liberté de la presse

JED s’inquiète de la détérioration de la situation de la liberté de la presse à une année des élections prévues en 2011

(JED/IFEX) - Le 10 décembre 2010 - Dans un rapport rendu public, vendredi 10 décembre 2010, à l’occasion de la célébration de la journée internationale de la Déclaration Universelle des droits de l’Homme, Journaliste en danger (JED) s’est inquiétée de la tendance à la détérioration de la liberté de la presse au cours de l’année 2010.

Dans ce rapport, JED a recensé 87 cas d’atteintes diverses au droit d’informer et d’être informé dont un assassinat de journaliste et 44 cas d’arrestations et d’emprisonnements de journalistes pendant des périodes allant de quelques jours à plusieurs mois.

Dans ce même rapport, l’organisation a noté plusieurs cas de menaces de mort proférées contre des professionnels des médias par des personnes détentrices d’une parcelle de pouvoirs publics.

Comparé à l’année 2009 au cours de laquelle 75 cas avaient été recensés sur l’ensemble du pays, la situation en 2010 connaît une augmentation de 12 cas, soit une détérioration de l’ordre de 16%.

Parmi les cas les plus flagrants d’atteintes à la liberté de la presse qui illustre cette détérioration, JED cite l’assassinat le 5 avril 2010 à Béni (Province du Nord-Kivu) du reporter cameraman Patient Chebeya Bankome. Il est le huitième journaliste assassiné en RDC depuis 2005. Outre ce cas, JED note également la coupure injustifiée, pendant près de 48 heures, du signal de Canal Congo Télévision (CCTV), Canal Kin Télévision (CKTV) et Radio Liberté Kinshasa (RALIK), tous des médias de l’opposition ; la fermeture pendant un mois de la Radio communautaire Radio Bandundu FM sur un ordre verbal du gouverneur de la province de Bandundu ; La détention pendant cinq mois à la prison centrale de Kinshasa du journaliste Jullson Eninga de Le Journal pour "trahison en temps de guerre", infraction dont le journaliste a été finalement acquitté ; les menaces de mort répétées contre deux journalistes de l’intérieur du pays, Michel Tshiyoyo de Kananga et Donat Musema de Bukavu, et qui les ont contraints à quitter leurs milieux de travail pour trouver refuge à Kinshasa.

Au total et au regard de tous les cas recensés, JED note qu’au cours de l’année 2010, les journalistes on travaillé dans un climat général de peur surtout après l’assassinat en juin d’un des plus grands défenseurs des droits de l’Homme en la personne de Floribert Chebeya.

Face à ce sentiment général de peur et afin d’arrêter cette la tendance à la détérioration de la situation de la liberté de la presse à une année des prochaines élections générales, JED a fait les recommandations suivantes :

1. Au président de la République :

- de concrétiser, par des signaux forts, sa volonté exprimée de protection et sécurisation des journalistes et des défenseurs des droits de l’Homme afin de décourager tout acte susceptible de mettre en danger leurs vies ;
- de promulguer rapidement la loi organique portant organisation et fonctionnement du CSAC (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication) déjà adoptée depuis plusieurs mois par le parlement ;

2. Au gouvernement :

- en attendant l’adoption d’une loi sur la dépénalisation des délits de presse, d’examiner la demande d’un moratoire sur les emprisonnements des journalistes poursuivis pour diffamation ou imputations dommageables ;

3. Au parlement :

- d’initier et d’adopter une loi sur l’accès à l’information publique afin de permettre aux journalistes d’accéder aux sources officielles d’information.

SOURCE : Journaliste en danger

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes