vendredi, 20 octobre 2017
 

RDC : détérioration persistante du climat de travail pour les journalistes

english version below

Trente-et-un membres de l’IFEX signent une lettre ouverte au président congolais Joseph Kabila :

Monsieur Joseph Kabila Président de la République Kinshasa - République démocratique du Congo

Le 14 septembre 2010

Monsieur le Président de la République,

Nous, les organisations soussignées, souhaitons attirer votre attention sur la détérioration persistante du climat de travail pour les journalistes, ainsi que sur la réduction progressive des espaces de liberté d’expression en RD Congo.

En guise d’illustration nous signalons notamment les menaces et arrestations régulières pesant sur les professionnels de l’information au cours des derniers mois, ainsi que les difficultés de la presse étrangère à travailler convenablement.

Nos organisations ont même recensé, dans les deux derniers mois, près d’une dizaine d’attaques délibérées contre des journalistes et contre des médias, ce qui peut préluder, si on n’y prend garde, à une répression plus grande à l’approche des échéances électorales annoncées.

A titre illustratif :

1. Le 17 août 2010, Michel Tshiyoyo, cameraman de la Radio Télévision Amazone (RTA) émettant à Kananga, capitale de la province du Kasaï-Occidental, a été évacué d’urgence sur Kinshasa par la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation du Congo (MONUSCO). Le journaliste recevait, depuis quelques jours, des menaces de mort par SMS de la part des individus supposés proches du gouverneur de la province, Trésor Kapuku. Le seul tort du journaliste est d’avoir été un témoin gênant des affrontements ayant opposé, quelques jours auparavant, le gouverneur et ses hommes à la population du village de Lwandanda, à 25 kilomètres de Kananga. Même après son évacuation, le journaliste a déclaré continuer de recevoir des menaces, comme celle l’avertissant que "l’assassinat est fréquent à Kin".

2. Pascal Mulunda, éditeur de l’hebdomadaire privé "Le Monitor", vient d’être libéré après avoir passé 24 jours en prison et payé $US 600 de caution injustifiée. Le journaliste avait été arrêté, le 27 juillet, et placé en détention provisoire à la prison centrale de Kinshasa. Cette mesure faisait suite à une plainte en diffamation déposée par Baudouin Iheta, coordinateur du service public d’assistance et d’encadrement du Small Scale Mining (Saesscam), qui reprochait au journaliste la publication, le 23 juin dernier, d’un article dans lequel il dénonçait sa mauvaise gestion et le détournement des biens publics. Le 19 août, Pascal Mulunda a bénéficié d’une libération conditionnelle. Son avocat a déclaré que son client devait se présenter chaque mardi et vendredi devant le magistrat et qu’il lui était interdit de quitter la capitale avant la clôture de son dossier.

3. Après cinq mois en détention, le journaliste Jullson Eninga, du quotidien "Le Journal", a finalement été acquitté le 6 septembre. Initialement accusé de faire la "propagande de la rébellion", une infraction qui n’existe pas dans la législation congolaise, il risquait entre 20 ans de prison et la peine de mort. Eninga était détenu depuis le 13 avril suite à la publication par "Le Journal", dans son édition du vendredi 11 septembre 2009, d’un communiqué, tiré sur internet, des rebelles Hutus des Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR), opérant à l’est de la RDC. Le journaliste a clamé son innocence en affirmant qu’il s’agissait d’une méprise de son journal pour laquelle il a officiellement demandé pardon aux autorités congolaises. Pourtant, "Le Journal" reste suspendu depuis une année par le ministre de la Communication, qui a également saisi la justice pour obtenir une double sanction contre le média incriminé.

4. Le 26 juillet, les signaux d’émission de Canal Kin Télévision (CKTV), Canal Congo Télévision (CCTV) et Radio liberté Kinshasa (Ralik), propriétés de M. Jean-Pierre Bemba, ont été coupés. Selon nos informations, un commando armé a fait irruption au milieu de la nuit dans les installations abritant les émetteurs et a ordonné aux techniciens de couper les faisceaux de ces trois chaînes proches de l’opposition. Aucune explication officielle n’a été donnée aux médias qui ont pu reprendre une activité normale deux jours plus tard.

5. Le 28 juillet, plusieurs militaires ont fait irruption dans les locaux de la radio Moto Oïcha, à Oïcha, dans le territoire de Béni (province du Nord-Kivu), et ont demandé à parler à un animateur. Ce dernier étant absent, les hommes armés s’en sont pris au technicien, qu’ils ont passé à tabac avant de fouiller tout le bâtiment. Inquiet pour sa sécurité, l’animateur vit désormais dans la clandestinité. Quelques jours avant cet incident, le rédacteur en chef de la radio avait reçu des menaces de mort anonymes par téléphone.

Toutes ces atteintes à la liberté de la presse sont symptomatiques des difficultés pour les journalistes congolais d’exercer leur métier à l’abri des menaces et des risques, que ce soit dans la capitale ou en province, notamment dans l’est du pays.

Nous exigeons :

- l’application d’un moratoire sur les emprisonnements de journalistes pour les délits de diffamation et d’offense aux autorités, dans la perspective de l’élection présidentielle de 2011, afin de permettre aux professionnels de l’information de jouer leur rôle de quatrième pouvoir contre la corruption et tentatives potentielles de fraude électorale.

- la mise en place dans les meilleurs délais du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC), seul organe habilité à réguler le fonctionnement des médias et à permettre un accès équitable de tous aux médias publics. Cette instance de régulation doit permettre de lutter contre les dérapages et les risques de politisation à outrance des médias qui pourraient survenir au cours de l’année électorale à venir.

Il est aujourd’hui plus urgent que jamais que vous engagiez les réformes profondes et courageuses afin de faire progresser la liberté de la presse en République démocratique du Congo. Cela permettrait à la fois de répondre aux problèmes actuels mais aussi de préparer l’année à venir, sachant qu’à un an de l’élection présidentielle de 2011, les journalistes congolais risquent de faire face à de nouvelles difficultés liées à la campagne électorale.

Dans l’espoir que vous tiendrez compte de nos requêtes, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre très haute considération.

Pour tout renseignement complémentaire : Journaliste en danger B.P. 633 - Kinshasa 1 374, av. Col. Mondjiba Complexe Utexafrica, Galerie St Pierre, 1er niveau, Local 18 Kinshasa/Ngaliema République Démocratique du Congo direction (@) jed-afcentre.org tél : +243 81 99 29 323 téléc : +44 20 7900 3413 http://www.jed-afrique.org

Reporters sans frontières 47, rue Vivienne 75002 Paris France rsf (@) rsf.org tél : +33 1 44 83 84 84 téléc : +33 1 45 23 11 51 http://www.rsf.org

Adil Soz - International Foundation for Protection of Freedom of Speech

Arabic Network for Human Rights Information

Association of Caribbean Media Workers

Bahrain Center for Human Rights

Canadian Journalists for Free Expression

Cartoonists Rights Network International

Center for Media Studies & Peace Building

Le Comité pour la protection des journalistes

Ethiopian Freepress Journalists’ Association

Exiled Journalists Network

Freedom House

Free Media Movement

Globe International

Human Rights Network for Journalists - MEMBRE INTÉRIMAIRE

Independent Journalism Center

International PEN Writers in Prison Committee

International Press Institute

Maharat Foundation (Skills Foundation)

Media, Entertainment and Arts Alliance

Media Institute of Southern Africa

Media Rights Agenda

Media Watch

National Union of Somali Journalists

Observatoire pour la liberté de presse, d’édition et de création

Pacific Islands News Association

Pakistan Press Foundation

Public Association "Journalists"

Association Mondiale des Journaux et des Éditeurs de Médias d’Information

World Press Freedom Committee

SOURCE : Journaliste en danger , Reporters sans frontières


English version

Thirty-one IFEX members express their concern in an open letter to President Joseph Kabila :

President Joseph Kabila Kinshasa Democratic Republic of Congo

14 September 2010

Dear President Kabila,

We, the undersigned organisations, would like to draw your attention to the steady decline in the working environment for journalists and the shrinking space for free expression in the Democratic Republic of Congo.

In the last few months, there have been several cases of arrests and threats against media personnel. The foreign media are finding it difficult to conduct their work properly. Nothing has been done to improve the situation in the country and in fact, we have noticed an increase in deliberate attacks on journalists and media in the past two months, attacks that could foreshadow even greater repression in the run-up to next year’s elections if preventive measures are not adopted.

Here are some examples :

1. Michel Tshiyoyo, a cameraman working for Radio Télévision Amazone (RTA), a station based in Kananga, in Kasaï-Occidental province, had to be evacuated to Kinshasa by the UN Stabilisation Mission in Democratic Republic of Congo (MONUSCO) on 17 August after receiving SMS threats from individuals allegedly close to the province’s governor, Trésor Kapuku. His only crime was to have witnessed clashes a few days before between the governor and his men and the population of the village of Lwandanda, 25 km from Kananga. Even after being evacuated, he continued to receive threats, including one warning that "murder is common in Kinshasa".

2. Pascal Mulunda, editor of the privately-owned weekly "Le Monitor", was released conditionally on 19 August after spending 24 days in prison and paying US$600 in bail. He was arrested on 27 July and placed in pre-trial detention in Kinshasa prison as a result of a libel action brought by Baudouin Iheta, coordinator of the Small-Scale Mining Technical Assistance and Training Service (SAESSCAM), over a 23 June article accusing Iheta of mismanagement and embezzlement. According to his lawyer, Mulunda must appear before a judge every Tuesday and Friday and is banned from leaving the capital.

3. Jullson Eninga, editor of the daily "Le Journal" was recently released from the Kinshasa Penitentiary and Re-education Centre (CPRK), after spending five months in detention. Initially accused of "making propaganda for the purposes of rebellion", a crime that does not exist under DRC law, Eninga faced a possible 20-year prison sentence or the death penalty. In September 2009, he published a communiqué by Hutu rebels with the Rwanda Democratic Liberation Forces (FDLR) operating in the eastern DRC. Eninga insisted on his innocence, explaining that the publication of the communiqué was a mistake by the newspaper for which he has formally apologised. "Le Journal" has nonetheless remained closed for the past year at the behest of the communication ministry, which was also behind the prosecution.

4. The transmission signals for Canal Kin Télévision (CKTV), Canal Congo Télévision (CCTV) and Radio Liberté Kinshasa (Ralik) - three opposition stations owned by Jean-Pierre Bemba - were all cut on 26 July. According to reports, a group of armed men stormed into the complex that houses the transmitters and ordered technicians to cut off their broadcasts. No official explanation was given to the three stations, which were able to resume normal broadcasting two days later.

5. On 28 July, soldiers stormed into Moto Oïcha, a radio station based in Oïcha, near Béni (in the eastern province of North Kivu), and asked to speak to the presenter. As he was absent, the soldiers beat the technician who was there, and then searched the building. Fearing for his safety, the presenter has been in hiding ever since. A few days before this incident, the station’s news editor had received anonymous telephone threats.

All these press freedom violations are indicative of the difficulties that Congolese journalists are encountering in the course of trying to work without being exposed to threats and risks. This is the case both in the capital and the provinces, especially the eastern provinces.

We call on your government to :

- Declare a moratorium on imprisoning journalists on charges of defamation or insulting the authorities, so that the media can play their role as a fourth estate in the run-up to the 2011 presidential election and can help combat corruption and attempts at electoral fraud ;

- Create the proposed Higher Council for Broadcasting and Communication (CSAC) as soon as possible. By having sole responsibility for regulating the media and empowered to ensure equitable access for all state-owned media, the Council would be able to combat abuses by media, including excessive politicisation during the coming election year.

The need is now more urgent than ever for you to undertake major reforms to promote press freedom in the DRC. Such change would allow you to respond to the current problems as well as to prepare for next year, bearing in mind that the country’s journalists are likely to encounter new problems linked to the campaign for the 2011 presidential election.

We very much hope that you will take these requests into account.

Sincerely,

Adil Soz - International Foundation for Protection of Freedom of Speech

Arabic Network for Human Rights Information

Association of Caribbean Media Workers

Bahrain Center for Human Rights

Canadian Journalists for Free Expression

Cartoonists Rights Network International

Center for Media Studies & Peace Building

Le Comité pour la protection des journalistes

Ethiopian Freepress Journalists’ Association

Exiled Journalists Network

Freedom House

Free Media Movement

Globe International

Human Rights Network for Journalists - MEMBRE INTÉRIMAIRE

Independent Journalism Center

International PEN Writers in Prison Committee

International Press Institute

Maharat Foundation (Skills Foundation)

Media, Entertainment and Arts Alliance

Media Institute of Southern Africa

Media Rights Agenda

Media Watch

National Union of Somali Journalists

Observatoire pour la liberté de presse, d’édition et de création

Pacific Islands News Association

Pakistan Press Foundation

Public Association "Journalists"

Association Mondiale des Journaux et des Éditeurs de Médias d’Information

World Press Freedom Committee

For more information : Journaliste en danger B.P. 633 - Kinshasa 1 374, av. Col. Mondjiba Complexe Utexafrica, Galerie St Pierre, 1er niveau, Local 18 Kinshasa/Ngaliema République Démocratique du Congo direction (@) jed-afcentre.org Phone : +243 81 99 29 323 Fax : +44 20 7900 3413 http://www.jed-afrique.org

Reporters Without Borders 47, rue Vivienne 75002 Paris France rsf (@) rsf.org Phone : +33 1 44 83 84 84 Fax : +33 1 45 23 11 51 http://www.rsf.org

SOURCE : Journaliste en danger , Reporters Without Borders

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes