jeudi, 13 décembre 2018
 

RDC : Greenpeace s’oppose à l’exploitation du pétrole dans le parc national de Virunga

L’ONG internationale Greenpeace s’oppose à la décision du ministre congolais des Hydrocarbures autorisant l’exploitation pétrolière à l’intérieur du parc national de Virunga. La chargée de campagne forêt de cette structure, Irène Wabiwa a déclaré, jeudi 27 septembre que les activités pétrolières ont un impact négatif sur la biodiversité et l’habitat.

Le ministre des Hydrocarbures, Crispin Atama Tabe, a annoncé, samedi 22 septembre, que la compagnie britannique Soco International devra effectuer des repérages aériens au-dessus d’une zone proche de la frontière avec l’Ouganda. Selon lui, la RDC cherche à développer son secteur pétrolier, qui est aujourd’hui largement sous-développé avec seulement 26.000 barils par jour, malgré d’importants gisements à la fois dans l’est et l’ouest du pays.

Pour Greenpeace, le gouvernement congolais doit respecter des conventions internationales sur la protection du patrimoine mondial dont il est signataire.

« Le gouvernement a signé l’accord sur le patrimoine mondial. Et là, le gouvernement est en train d’aller à l’encontre de sa décision, à l’encontre de sa signature qu’il a eu à apposer sur la convention sur le patrimoine mondial en prenant cette mesure d’autoriser l’exploration pétrolière dans le Parc National des Virunga », a affirmé Irène Wabiwa.

Selon l’article 6, alinéa 3 de la convention portant sur la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel « Chacun des États parties à la présente convention s’engage à ne prendre délibérément aucune mesure susceptible d’endommager directement ou indirectement le patrimoine culturel et naturel visé aux articles 1 et 2 qui est situé sur le territoire d’autres États parties à cette Convention. »

Le parc national des Virunga est l’un des endroits d’Afrique où la biodiversité est la plus riche et dernier refuge des gorilles de montagne. Greenpeace dit s’opposer à l’exploitation pétrolière à cet endroit pour protéger cette espèce menacée d’extinction, qui ne reste que huit cents survivants dont deux cents dans le parc.

Source : http://radiookapi.net

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes