samedi, 25 novembre 2017
 

RDC : Grève à l’hôpital du Dr Mukwege à Bukavu

L’hôpital de Panzi à Bukavu, qui soigne les victimes de viols dans cette région troublée de l’est de la République démocratique du Congo (RDC), est accusé par les autorités de fraude fiscale et ses comptes bancaires ont été bloqués.

Le personnel, qui n’est plus payé, s’est mis en grève.

L’établissement dirigé par le docteur Denis Mukwege se dit victime d’accusations sans fondement.

Selon un militant local des droits de l’homme, l’hôpital paie probablement les vives critiques du docteur Mukwege contre le gouvernement de Kinshasa, à qui il reproche de ne pas agir contre les auteurs de viols lors des troubles dans l’est du pays.

L’an dernier, le docteur Mukwege a reçu le prix Sakharov, décerné par l’Union européenne, pour son action en faveur des femmes victimes de viols dans cette région où s’affrontent depuis des années des groupes armés rivaux. Son nom a aussi été avancé pour le prix Nobel de la paix.

Dans un communiqué, il a annoncé que le personnel de l’hôpital était en grève depuis mercredi. « Il faut agir vite, dans l’intérêt des patients (…) et dans celui du personnel qui n’a pas été payé », dit-il.

Il a précisé que 500 membres du personnel de l’hôpital de Panzi n’avaient pas reçu leurs salaires de décembre.

Vendredi, les employés ont manifesté devant les bureaux du service des impôts de Bukavu.

Source : Zaman

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes