vendredi, 20 octobre 2017
 

RDC : JED demande une enquête sur l’agression d’un journaliste à N’Djili

(JED/IFEX) - Dans une lettre adressée, mercredi 20 avril 2011, au général Dieudonné Oleko, inspecteur provincial de la police pour la ville de Kinshasa, capitale de la RDC, Journaliste en danger (JED) a élevé une vigoureuse protestation contre l’agression et le mauvais traitement infligé, mardi 19 avril 2011, à M. Aigle Manuana Kamayi, cameraman à "Molière TV", une chaîne de télévision privée émettant à Kinshasa, par les agents de la police nationale congolaise dans la commune de N’Djili, à l’est de la capitale.

Dans cette correspondance, dont copies ont été réservées notamment au vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité ainsi qu’au ministre de la Justice et des Droits humains, JED a demandé à l’inspecteur général de la police d’ouvrir une enquête interne et d’établir les responsabilités dans l’agression de ce professionnel des médias qui n’a commis aucune faute professionnelle, ni une infraction à la loi.

JED a également demandé au général Oleko de prendre l’agression de ce journaliste au sérieux en donnant des sanctions exemplaires aux auteurs de cet incident afin de décourager d’autres actes du genre qui ont tendance à se multiplier.

Selon les informations parvenues à JED, M. Manuana a été passé à tabac, mardi 19 avril 2011 vers 11 heures, par un groupe d’éléments armés de la police nationale congolaise qui ont déchiré sa chemise et blessé sa jambe gauche en l’accusant de vouloir prendre en image leur jeep qui s’était embourbée dans une route séparant les quartiers 7 et 8 de la commune de N’Djili.

Après l’avoir roué de coups, les policiers l’ont embarqué dans leur jeep et conduit à leur bureau situé au quartier 1 de la commune de N’Djili, où il a été détenu pendant plusieurs heures. Son matériel de travail, ainsi que tous ses effets personnels ont été confisqués.

Contacté mercredi matin par JED, Manuana a déclaré que toutes ses cassettes d’enregistrement ont été visualisées et aucune image de ces policiers n’a été trouvée. "C’est alors que j’ai été libéré, dans la soirée, par le colonel Elvis qui a ordonné à ses agents de restituer ma caméra et d’autres effets confisqués", a ajouté le journaliste.

Dans un communiqué rendu public, vendredi 15 avril 2011, JED s’inquiétait déjà de la montée de l’intolérance politique à Kinshasa et dans certaines provinces et qui pourrait être un prélude à de graves atteintes à la liberté de la presse et à la sécurité des journalistes à quelques mois des élections.

Pour tout renseignement complémentaire : Journaliste en danger B.P. 633 - Kinshasa 1 374, av. Col. Mondjiba Complexe Utexafrica, Galerie St Pierre, 1er niveau, Local 18 Kinshasa/Ngaliema République Démocratique du Congo direction (@) jed-afcentre.org tél : +243 81 99 29 323 téléc : +44 20 7900 3413 http://www.jed-afrique.org

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes