jeudi, 17 août 2017
 

RDC : L’ASSASSINAT D’UN HÉROS : EMERY PATRICE LUMUMBA

VOICI COMMENT EMERY PATRICE LUMUMBA EST MORT.

17 janvier 1961-17 janvier 2016, il y a 55 ans, il a été atrocement assassiné. Le 5 septembre 1960, Joseph Mobutu organise son coup d’État, Emery Patrice Lumumba est arrêté et placé en résidence surveillée. En novembre, il s’évade. Commence alors une extraordinaire épopée.

Avec quelques fidèles, Emery Patrice Lumumba parcourt la moitié du pays. Il dit son rêve d’un Congo uni et libre. Partout où il passe, il soulève les foules. Les paysans viennent l’écouter par milliers, certains le suivent dans la brousse. Emery Patrice Lumumba passe. Les hommes refluent vers leur anonymat, leur tristesse....

Aucun mouvement ne se crée pour le SAUVER. Les congolais éprouvent une PEUR panique devant l’armée de Joseph Mobutu. Des américains mettent des policiers spécialisés, un hélicoptère, des chiens à la disposition de Mobutu. Emery Patrice Lumumba est repris au Kasaï et ramené à Léopoldville puis transféré en territoire Mukongo.

Il est enchainé et enfermé dans une cellule du camp militaire de Thyssville, à l’extrême ouest du pays. Des soldats Bakongo et Bangala, connus pour leur haine des Bantala (ethnie de Lumumba) montent la garde. 5 de ses compagnons sont enchainés avec lui.

Le vendredi 13 janvier 1961, une rébellion éclate au camp. LA PAROLE de Emery Patrice Lumumba, une dernière fois, a frappé la foule. Les soldats sont prêts à le libérer, à marcher avec lui sur Léopoldville. Mobutu arrive avec ses troupes et matent les mutins.

Le mardi 17 janvier1961, Kasavubu et Mobutu décident de transférer Lumumba au Katanga. Lumumba, Ohito, M’Polo, poignets et chevilles entravés sont jetés dans un DC 3 de l’armée. Les tortures commencent immédiatement.

Les prisonniers sont roués de coups, brulés au chalumeau, mutilés à la baïonnette. Après 8 H de vol, l’avion arrive à Elisabethville. Munongo, ministre de l’intérieur du Katanga. Des officiers belges et français, des soldats attendent sur la piste.

Les prisonniers sont jetés du haut de la passerelle directement dans un camion, qui démarre et disparait dans la brousse...finalement, le camion s’immobilise près d’un termitière...UNE COMMISSION D’ENQUÊTE DE L’ONU ainsi que le correspondant du journal LE MONDE, Pierre de Vos, ont reconstitué les derniers moment de Patrice Lumumba. Un étrange dialogue a lieu entre Lumumba et ses assassins : "Alors, tu es toujours invulnérable ? Tu craches toujours les balles ?" Lumumba, épuisé par la torture, perdant son sang, à demi inconscient, fait signe de la tête...OUI, JE SUIS TOUJOURS INVULNÉRABLE.

Un mercenaire BLANC s’agenouille sur la poitrine du prisonnier. Il prend sa baïonnette et l’enfonce lentement, méthodiquement, dans la poitrine de Patrice Lumumba. Le commandant Weber, officier BELGE, lui donne le coup de grâce. Pendant 2 mois, les assassins réussissent à cacher la vérité à l’opinion internationale.

La version officielle qui a cours pendant ce temps est la suivante : "Lumumba transféré au Katanga, s’est évadé. Reconnu par des paysans, il a été tué par ceux-ci." (Le Monde, 19 janvier 1961.

Sources : J. Ziégler, Mains Basses. http://www.mampouya.com/

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes