lundi, 23 octobre 2017
 

RDC / la police disperse une nouvelle manifestation des agents de la Sonas

Les agents de la Société nationale d’assurances (Sonas) ont à nouveau manifesté ce lundi 5 mai à proximité des bureaux de la direction générale de leur entreprise dans la commune de la Gombe à Kinshasa. Ils avaient déjà organisé un sit-in le vendredi dernier au même endroit pour réclamer notamment le paiement de leurs arriérés de salaire et le départ de l’actuel comité de gestion de l’entreprise qu’ils accusent de mauvaise gestion. Comme celle du vendredi, cette manifestation a également dispersé par la police à coups de gaz lacrymogènes. Les policiers ont interpellé quelques manifestants.

Les agents de la Sonas affirment vouloir désormais organiser un « sit-in illimité » jusqu’à obtenir la satisfaction de leurs revendications.

« Ici, c’est le sit-in à durée illimitée devant le siège social de la Sonas pour revendiquer les paiements de tous les arriérés [de salaires] pour les actifs et les retraités », affirme un manifestant.

A en croire les syndicalistes de l’entreprise, certains agents accusent jusqu’à 20 mois d’arriérés de salaires.

En dehors du paiement des arriérés de salaires et du départ du comité de gestion, les manifestants réclament également le paiement intégral des indemnités de carrière de tous les retraités, l’organisation de l’élection syndicale et la réhabilitation de cinq délégués syndicaux qui auraient été licenciés illégalement.

« Que l’Etat vienne mettre de l’ordre. Nous voulons un nouveau comité de gestion parce que Madame Carole [Agito, actuelle administratrice directrice générale intérimaire de la Sonas] est seule au comité de gestion. Ça fait maintenant six ans. C’est du jamais vu », déplore l’agent interrogé pendant la manifestation.

La même source dit ne pas comprendre les explications fournies par Carole Agito au sujet des arriérés de salaires. « Elle dit qu’elle a hérité des arriérés. Mais elle était dans le comité Herman qui a été suspendu. Comment dire qu’elle a hérité, c’est invraisemblable », dénonce le même agent.

« C’est mieux de les encadrer »

La police interpelant un agent de la Sonas le 05/05/2014 lors d’un sit-in le long du boulevard du 30 juin à Kinshasa Gombe. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Le syndicat Eveil de la conscience ouvrière (Eco) condamne la dispersion des agents qui manifestent depuis le vendredi. Son président, Lambert Osango, estime que la police devrait plutôt encadrer les manifestants au lieu de les disperser.

« Il ne faudrait pas donner l’impression que la force publique est au service des seuls mandataires ou des gouvernants. Chaque fois, recourir à la police pour qu’on vienne bastonner les travailleurs qui réclament leurs droits, ça donne l’impression de méconnaître les droits des autres, de traiter des travailleurs comme des va-nu-pieds, comme des délinquants alors que ce sont des chefs de famille qui ne sont pas des fous, qui posent un problème réel qui nécessite une solution », explique le syndicaliste.

Contactée une nouvelle fois par Radio Okapi, la direction de la Sonas a promis de répondre prochainement à nos questions.

Source : http://radiookapi.net

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes