lundi, 23 octobre 2017
 

RDC - Lac Edouard : des FDLR et Maï-Maï imposent une taxe aux pêcheurs

La coalition des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) et les Maï-Maï impose une taxe de dix mille Francs congolais (10 000 FC) par semaine aux pêcheurs individuels sur le lac Edouard dans le secteur de Nyakakoma jusque dans la baie de Tchondo dans le territoire de Rutshuru (Nord-Kivu), a dénoncé le représentant des pêcheurs individuels du lac Edouard, Mukura Josué.

Il ajoute que cette somme est une autorisation pour pêcher librement dans les baies où se reproduisent les poissons.

Ces éléments de la coalition FDLR-Maï-Maï ont ravi vendredi 31 août toute la production ainsi que du carburant à dix-huit pêcheurs à bord de six pirogues motorisées. Ils les ont obligés à ramer sur plusieurs kilomètres jusqu’à Vitshumbi.

Selon les victimes, les FDLR et les Maï-Maï les ont surpris dans les eaux profondes de Tchondo et les ont tabassés avant de les laisser partir mains vides.

Mukura Josué indique que les FDLR et les Maï-Maï favorisent la pêche illicite dans le secteur qu’ils contrôlent en complicité avec les pêcheurs clandestins.

Pour éviter la disparition des poissons sur le lac Edouard, il propose le déploiement de la force conjointe constituée des agents de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) et les militaires de l’infanterie parce que les militaires de la force navale se sont déjà illustrés dans le parrainage de la pêche illicite sur le lac Edouard.

Source : http://radiookapi.net

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes