lundi, 23 octobre 2017
 

RDC : une ONG accuse les miliciens d’avoir violé une centaine de femmes en Ituri

La présidente de l’Association des femmes congolaises pour le développement de Niania (Afecoden) accuse les militaires et les rebelles Simba de Paul Sadala alias Morgan d’avoir violé, en juin dernier, 113 femmes au cours de leurs trois derniers accrochages dans les localités d’Epulu, de Bandengaïdo et de Salate, en Ituri (Province Orientale).Cette ONG a demandé au gouvernement de s’investir pour le retour d’une paix durable dans cette région, située à 350 km de la ville de Kisangani, chef-lieu de la province.

« Lorsque j’ai accueilli ces femmes, en les interrogeant, les unes disent que ce sont des rebelles qui les ont violées tandis que les autres accusent des Forces armées de la RDC (FARDC) », a déclaré la présidente de l’ONG Afecoden.

Elle a indiqué que ces femmes dont trente jeunes filles ont perdu leurs maris creuseurs d’or, tués par des rebelles Simba de Morgan. Selon la même source, 41 femmes ont été abandonnées par leurs maris à cause des viols qu’elles ont subis. Actuellement, elles vivent dans des conditions déplorables avec leurs enfants.

Ces victimes de viol demandent au gouvernement de faire de son mieux pour les aider et sécuriser la région, en proie à des groupes armés.

Source : http://radiookapi.net

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes