mercredi, 24 mai 2017
 

BOYCOTT ACTIF DE LA CAN 2017 DE LA DEMOCRATIE ET DES DROITS DE L’HOMME BAFOUES AU GABON

PLATEFORME NATIONALE DE LA SOCIETE CIVILE GABONAISE APPEL GENERAL A UN BOYCOTT ACTIF DE LA CAN 2017 DE LA DEMOCRATIE ET DES DROITS DE L’HOMME BAFOUES AU GABON

Libreville, le 09 juillet 2017

Mes chers compatriotes au nom de la Plateforme Nationale de la Société civile, j’ai l’honneur de m’adresser à vous à l’occasion de cette conférence de presse destinée à rendre officielle, la position des organisations gabonaise sur la CAN TOTAL 2017 prévue au Gabon.

Dans des circonstances normales, une manifestation de cette envergure devrait donner lieu à une très forte mobilisation populaire, je veux dire à une adhésion massive de tout le peuple gabonais.

Cependant, suite au coup d’état électoral et militaire du 27 aout 2016, notre pays est résolument dans l’impasse et plongé dans une crise sociopolitique sans précédent caractérisée par une atteinte délibérée à la souveraineté du peuple, et de violations graves des droits de l’Homme notamment :
- Les assassinats de masse à visée ethnique
- Les enlèvements et séquestrations des opposants et des acteurs de la société civile
- Les arrestations arbitraires
- Les emprisonnements pour des mobiles politiques
- La persécution des membres de la société civile, des journalistes, des jeunes activistes, des femmes, et des membres de l’opposition démocratique.

Ainsi, le monde entier a été témoin des crimes barbares commis par le régime Ali Bongo sur des civils non armés qui ont manifesté légitimement pour protester contre la fraude massive orchestrée par les institutions en charge du processus électoral au Gabon, le Ministère de l’Intérieur, la Commission Electorale Autonome et Permanente et la Cour Constitutionnelle. Ces institutions se sont fourvoyées en procédant à un trafic grossier des résultats de l’élection présidentielle dans la province du Haut Ogooué pour donner la victoire au Président sortant Ali Bongo avec un score astronomique de 95% et un taux de participation de 99,73%. Ce résultat frauduleux, est le fruit d’une conspiration contre la démocratie mise en œuvre par des hommes et des femmes sans foi ni loi pour imposer la tyrannie au Gabon et le maintien au pouvoir d’un président qui n’a pas été élu en lieu et place de Jean Ping, le Président démocratiquement élu par l’écrasante majorité de gabonais.

La Plateforme Nationale de la Société civile considère que dans le climat chaotique actuel émaillé de grèves généralisées, conduisant à des licenciements tout azimut, à une détérioration du climat global des affaires, la tenue de la CAN au Gabon dont le cout s’élève à plus 460 milliards de francs cfa, est une folie, une volonté manifeste de désintégration du pays. L’organisation de la CAN au Gabon ne saurait être acceptée par la Société civile pendant que :
- Les enfants gabonais ne vont pas à l’école à cause de l’état de délabrement avancée de plus 95% des structures d’accueil ;
- Les effectifs sont pléthoriques avec en moyenne 150 élèves/salle de classe dans le primaire et le secondaire ;
- Les universités et les grandes écoles sont elles aussi, dans une décrépitude avancée.

- Et pour cause, les budgets d’investissement sont gérés à la présidence de la République par des agences échappant à tout contrôle.

- Le système de santé est également en faillite avec une exposition des populations à de nombreux maux. Ainsi, les maladies endémiques et chroniques sont généralisées à l’instar de la pandémie du Sida, de la Tuberculose et du paludisme, les trois principaux fléaux dont les malades n’ont plus accès à la prise en charge depuis plusieurs mois. Cette situation a pour conséquence l’augmentation des taux de mortalité.

- L’accès au logement est refusé à la majorité des gabonais qui vivent dans la précarité. Les occupants des logements sociaux d’Agondjé et de Bikélé, déguerpis récemment dorment présentement à la belle étoile avec leurs, enfants à bas âge.

Aujourd’hui, le Gabon notre pays est au bord du gouffre.

Le peuple gabonais entend jouir pleinement de sa liberté, de ses droits civils et politiques.

La Société, civile ne veut pas de CAN tant que la vérité des urnes ne sera pas restaurée.

Tant que les prisonniers politiques ne seront pas libérés

Tant que la vérité sur les massacres qui ont endeuillé les familles gabonaises n’aurait pas été élucidée,

Tant que les auteurs et les commanditaires n’auront pas répondu de leurs actes barbares devant la justice.

Fort de ce qui précède, la Plateforme Nationale de la Société civile Gabonaise appelle solennellement le peuple gabonais à un boycott actif de la CAN TOTAL 2017 par tous les moyens appropriés, pacifiques et non violents, au nom de la liberté d’expression, de la vérité des urnes, de la souveraineté du peuple et du respect dû à nos martyres.

Nous invitons nos enfants, nos frères et sœurs, et particulièrement la jeunesse gabonaise à boycotter toutes les activités inhérentes à la CAN TOTAL.

Cette jeunesse qui a payé lourd tribut lors des évènements du 31 aout 2016.

Tous pour un boycott actif que vive un Gabon démocratique et Libre.

Fait Libreville, le 09 janvier 2017

Pour la Plateforme Nationale,

Pasteur Georges Bruno NGOUSSI

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes