mardi, 21 novembre 2017
 

Déclaration De la société civile Libre et des défenseurs des droits de l’Homme sur le prisonnier politique Ollo Firmin, leader des étudiants gabonais

Depuis le 04 juillet 2014, le leader du Mouvement estudiantin de la principale université du Gabon, basée au quartier « ancien SOBRAGA » de Libreville a été kidnappé au palais de justice de Libreville alors qu’il assistait à l’audience correctionnelle de ses amis étudiants, par les gendarmes à la solde du régime, détenu arbitrairement à la Direction Générale de la Brigade de Recherche de la Gendarmerie Nationale, au mépris des règles élémentaires applicables dans un Etat de droit et envoyé directement sans autre forme de procès à la prison centrale de Libreville .

Par son engagement et son leadership affirmés dans la défense des droits des jeunes gabonais à disposer du meilleur système d’enseignement et de formation, dans un environnement approprié et digne du statut du Gabon : pays à revenu intermédiaire de tranche supérieur, Monsieur Ollo est considéré par les tenants du régime Ali comme un fauteur de trouble, une personne incontrôlable qu’il faut mettre hors d’état de nuire malgré le fait qu’il fut l’interlocuteur de Monsieur Ali Bongo lorsque ce dernier, voulant susciter un dialogue direct avec les étudiants contestataires, fit une descente médiatique au mois d’Avril 2013 à l’UOB.

Nous sommes donc étonnés que Monsieur Ali Bongo puisse utiliser des méthodes rétrogrades de répression politique contre celui qui est sensé être son interlocuteur auprès des étudiants ?

Nous désapprouvons les conditions illégales de l’arrestation de Monsieur Ollo Firmin qui sont dignes de la pratique de loi dans un Etat ou la répression fait partie de la culture pour intimider et terroriser les opposants et les acteurs de la société civile. Fort de ce qui précède, nous exigeons de Monsieur Ali Bongo, la cessation immédiate de son immixtion dans le fonctionnement de la justice, l’utilisation des forces de défense et de sécurité aux fins des règlements de comptes politiques.

Enfin, nous exigeons de Monsieur Ali Bongo, usurpateur de tous les pouvoirs au Gabon, la libération immédiate et inconditionnelle de Monsieur Ollo Firmin et de son compagnon de lutte Mintoo Célestin actuellement prisonniers politiques et otages à la prison centrale de Libreville ainsi que la réhabilitation des 46 étudiants exclus injustement de l’UOB.

Contact presse : Georges MPAGA, défenseur des droits de l’Homme et acteur de la société civile Libre et démocratique au Gabon Tel + 241 07 51 99 32 : mail : GMpaga@gmail.com

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes