jeudi, 14 novembre 2019
 

Gabon : Grève de la faim des instituteurs

La cathédrale Sainte-Marie de Libreville est devenue le lieu d’expiation des problèmes de la société gabonaise. A cet endroit s’y trouvent, déjà en colère, les déflatés de la caisse nationale de sécurité sociale, les étudiants et maintenant les instituteurs comme constaté ce samedi par koaci.com.

Ces derniers se sont établis à cet endroit depuis déjà trois jours. Ils revendiquent notamment le payement de leurs salaires et de la Prime d’Incitation à la Fonction Enseignante (PIFE).

Affectés depuis le 07 novembre 2013, ces fonctionnaires de l’éducation nationale disent n’avoir pas toujours reçu leur rémunération. Ils ont donc choisi d’observer une grève illimitée de la faim jusqu’à satisfaction totale de leurs revendications.

Un enseignant très remonté a mis en garde sa tutelle « je donne un délai au ministère de l’éducation nationale. Si jusqu’à mardi il ne paye pas mon salaire et ma PIFE, quelque chose va se passer et comme ça on saura que nous sommes capables de nous sacrifier pour le travail que nous faisons ».

Une grève qui intervient au moment des préparatifs de la fête du 17 août marquant l’indépendance du Gabon. Les autorités sont encore en pleine réjouissance, il faudra surement attendre après les manifestations pour espérer qu’un dialogue s’ouvre entre la tutelle et ces enseignants.

Il faut tout de même rappeler que ces instituteurs observent une grève de la faim, et souhaiter que le pire n’arrive pas d’ici quelques jours.

Source : Koaci.com

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes