samedi, 16 décembre 2017
 

Gabon : Préavis de grève dans l’enseignement

Libreville, le 04 janvier 2013

N°0014 /CONASYSED/BN

A

Monsieur le Premier Ministre, chef du Gouvernement

Libreville

Objet : Préavis de grève

Monsieur le Premier Ministre,

Depuis juillet 2012, la CONASYSED a déposé sur la table du gouvernement plusieurs correspondances et plaidoyers dans lesquels figurent plusieurs points de revendications dont certains d’entre eux font partie des points d’accord contenus dans l’acte additionnel du relevé de conclusions des négociations gouvernement/CONASYSED du 12 janvier 2009.

Il est à noter avec amertume, qu’aucun de ces points n’a trouvé satisfaction à ce jour auprès du gouvernement. Il s’agit notamment des points suivants :
-  Le problème lancinant des effectifs pléthoriques dans les salles de classe ;
-  L’absence d’une prime pour effectifs pléthoriques (PEP) en attendant que le respect du quota de 35 élèves par classe soit une réalité ;
-  L’absence des postes budgétaires pour les enseignants du pré-primaire dont certains travaillent depuis plus de 6 ans sans salaire ;
-  La non transformation de la province de l’Ogooué Ivindo victime d’un « génocide intellectuel » en Zone d’Education Prioritaire (ZEP) ;
-  Les nouvelles modalités de passage en sixième et en seconde ;
-  Le non versement à ce jour de la PIFE 2012 aux enseignants oubliés huit (8) mois après ;
-  Le non versement à ce jour aux neuf leaders syndicaux de leur huit (8) mois d’arriérés de salaires et de la PIFE 2010/2011 arbitrairement suspendu deux ans après ;
-  L’absence de postes budgétaires, des intégrations, des titularisations, des reclassements après stage… ;
-  La non publication et la non application de la grille salariale incitative du pré-primaire au supérieur trois ans après la tenue des états généraux de l’éducation de 2010 ;
-  Le plan de carrière des enseignants du primaire injustement remis en cause par la tutelle ceci, en violation avec les textes en vigueur (loi 1/2005, Loi 14/2005, loi 20/92) ;
-  Le non payement de plusieurs rappels ;
-  La corruption endémique et la mauvaise organisation des examens et concours ;
-  La non adoption à ce jour du décret revalorisant les taux de vacation aux examens et concours élaboré conjointement entre le gouvernement et la CONASYSED le 02 juin 2010.

Compte tenu de ce qui précède, conformément à l’article 20 de la loi 18/92 du 18 mai 1993 fixant les conditions de constitution et le fonctionnement des organisations syndicales des agents de l’Etat ; Et après mandat de l’assemblée générale des enseignants membres et sympathisants de la CONASYSED, tenue le samedi 02fevrier 2013 au siège de la COSYGA, nous avons l’honneur de déposer auprès de votre bienveillance à compter de ce jour lundi 04 février 2013 un préavis de grève. Ce préavis expirera le vendredi 15 février 2013. Une Assemblée Générale de lancement de grève aura lieu le samedi 16 février 2013. Conformément aux statuts de l’intersyndicale CONASYSED le Bureau National est seul habilité à entreprendre les négociations.

Dans l’attente, nous vous prions d’agréer Monsieur le Premier Ministre , l’assurance de notre haute considération.

Pour la CONASYSED Le délégué général chargé de l’administration générale

Marcel LIBAMA

AMPLIATIONS

- Ministre de l’éducation nationale
- Ministre du budget des comptes publics, et de la fonction publique.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes