mercredi, 24 mai 2017
 

GABON : Tournons la Page condamne fermement le coup d’État électoral et rejette les résultats officiels.

Ali BONGO est en train de réaliser un coup d’État électoral. Malgré les nombreuses irrégularités répertoriées par les différents observateurs internationaux notamment l’Union Européenne, les Gabonais ont choisi l’alternance démocratique et ont élu leur nouveau président : Jean PING. Selon les informations des procès-verbaux collectés par l’opposition, ce dernier arrive en tête avec près de 60%.

Réalisant sa défaite, Ali BONGO a mis en scène un véritable « hold-up » électoral :
- Il a d’abord retardé de 24 heures la proclamation des résultats par la Cenap (Commission électorale nationale permanente) pour orchestrer cette mascarade ;
- Il a ensuite falsifié les résultats dans la région du Haut-Ogooué, où il aurait fait un score de plus de 95,46%, avec un taux de participation de 99,98%, contre moins de 60% dans l’ensemble du pays ;
- Finalement, quatre (4) membres de la Cenap sur huit (8) l’ont déclaré vainqueur avec 49,85% des voix contre 48,16% pour Jean Ping. Sans rendre public les résultats par bureau de vote comme le demandaient l’opposition ainsi que la mission d’observation électorale de l’Union Européenne.

La CENAP refuse de rendre public les résultats par bureau de vote comme le demandent l’opposition et l’Union Européenne qui a déployé, sur invitation du gouvernement gabonais, une mission d’observation électorale présente au Gabon depuis le 27 juillet 2016.

À la suite de l’annonce des résultats officiels, les Gabonais sont sortis dans les rues pour dénoncer ce putsch électoral et demander le départ d’Ali BONGO. Comme en 2009, les forces de l’ordre ont été déployées pour réprimer la légitime révolte populaire. Le pays s’achemine vers un scenario catastrophe : après le déploiement des forces de sécurité, la diffusion des résultats falsifiés, les répressions et violences meurtrières des manifestants et les arrestations arbitraires, le quartier général de l’opposant Jean PING a été pris d’assaut faisant au moins deux morts et 16 blessés. Les réseaux de communications sont coupés depuis ce matin, isolant ainsi le pays.

En manipulant les résultats, Monsieur Ali BONGO a dévoyé le processus électoral et bafoué les engagements régionaux et internationaux signés par le Gabon, en particulier la « Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance » et la Déclaration de Bamako de l’Organisation Internationale de la Francophonie « sur le bilan des pratiques de la démocratie, des droits et des libertés dans l’espace francophone ».

C’est pourquoi les membres de la coalition « Tournons La Page » demandent expressément à la Communauté internationale – Union Africaine, Union Européenne, Nations Unies, Organisation Internationale de la Francophonie…et à la France de :
- Exiger la publication des résultats par bureau de vote
- Rejeter fermement les résultats de ce scrutin présidentiel frauduleux et non crédible ;
- Ne pas reconnaitre Ali BONGO comme président élu ;
- Garantir la souveraineté et la sécurité de la population Et ;
- Demander le rétablissement des réseaux de communication

Contact presse :
- TLP France : Laurence NDONG, enseignante, chercheuse et écrivaine, auteure du livre « Gabon, pourquoi j’accuse… » Éditions l’Harmattan. Membre de Tournons la Page, E-mail : laurencendong@gmail.com – Tél. : 06 48 24 99 30
- TLP Gabon : Marc ONA ESSANGUI, Coordinateur de la coalition Tournons la Page Gabon, Secrétaire Exécutif de Brainforest, Membre du Conseil Mondial de PWYP, Vice-Président du Conseil d’Administration du REDDHAC. Prix Goldman. E-mail : marc.ona@brainforest-gabon.org – Tél. : (+241) 07 29 41 40 / 06 26 06 17

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes