dimanche, 22 octobre 2017
 

L’UNEF condamne la répression contre les syndicalistes étudiants au Gabon

Jeudi 18 décembre, plusieurs étudiants Gabonais, dont Ballack Obame un représentant du syndicat étudiant de l’Université Omar Bongo, ont été arrêtés devant le tribunal Libreville suite à des altercations avec les forces de l’ordre. Ces étudiants étaient venus protester contre le report du procès de deux syndicalistes étudiants incarcérés et en attente de jugement depuis 6 mois.

Deux jours après, samedi 20 décembre un étudiant du nom de Mboulou Bruno Bek a trouvé la mort suite à des violences policières lors d’une manifestation d’opposition au régime d’Ali Bongo.

Cela fait plusieurs années que les étudiants gabonais se mobilisent à l’Université Omar Bongo pour protester contre la dégradation de leurs conditions d’étude. Ces manifestations traduisent également la volonté des jeunes gabonais de se faire entendre dans le débat politique pour protester contre les inégalités, la corruption et le manque de démocratie dans leur pays. Les forces de l’ordre répondent régulièrement à ces manifestations par la répression : plusieurs étudiants ont été arrêtés de façon arbitraire et ont subi des violences.

L’UNEF apporte son soutien aux étudiants gabonais qui se mobilisent pour leurs conditions d’étude.

L’UNEF condamne fermement la répression contre les étudiants gabonais, exige la libération immédiate des syndicalistes incarcérés et appelle la communauté internationale à prendre position pour défendre les libertés syndicales et politiques au Gabon.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes