jeudi, 21 mars 2019
 

Guinée Equatoriale : le pétrole à quel prix ?

Communiqué du Collectif de Solidarité avec les Luttes Sociales et Politique en Afrique

Le 26 mai 2013, des élections auront lieu en Guinée équatoriale afin d’élire les conseils municipaux, les députés de la Chambre des Représentants du peuple et les membres du Sénat. Ces élections cachent la préparation de la succession du président Teodoro Obiang Nguema par son fils Teodorin. Elles se préparent dans un climat de terreur [1].

La Guinée Equatoriale, Etat de 720 000 habitants, avec 76,8% de la population en dessous du seuil de pauvreté [2] et 51 ans d’espérance de vie [3], est le troisième producteur de pétrole d’Afrique subsaharienne. En avril 2013, le pays a été exclu de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) [4] . C’est un fournisseur important des Etats-Unis, mais aussi de pays européens dont la France [5], l’Italie, et l’Espagne qui appuie actuellement le régime. La relation entre les Etats français et équato-guinéen est marquée par l’histoire de la Françafrique [6], et ses pratiques qui perdurent comme le montrent les récents voyages de Claude Guéant à Malabo [7]. La famille de Teodoro Obiang Nguema, arrivé au pouvoir par un coup d’Etat en 1979 et plus ancien chef d’Etat africain en activité, possède de nombreux biens immobiliers en Europe. Dans l’affaire des Biens Mal Acquis [8], la justice française a saisi l’hôtel particulier à Paris de son fils Teodorin, estimé à plus de 100 millions d’euros.

Lors des dernières élections, sans observateurs internationaux [9], les listes électorales faussées, votes multiples et autres intimidations, ont permis au président Obiang d’être réélu avec des scores totalitaires : 97,85% en 1996, 97,1% en 2002, 95,37 % en 2009, et à son parti, le Parti démocratique de Guinée équatoriale (PDGE), de remporter toutes les élections. Celui-ci est quasiment parti unique. Les citoyens doivent adhérer au PDGE pour espérer un emploi dans l’administration.

Les militants d’opposition, leurs familles et leurs amis, subissent des menaces, violences, détentions arbitraires, signalées régulièrement dans les rapports de l’ONU, d’Amnesty International [10] , ou de Human Rights Watch [11] . Reporters sans Frontières vient de condamner « le blocage par l’Etat équato-guinéen, le 12 mai 2013, de l’accès à Facebook et à certains sites de l’opposition » [12]. A l’étranger, les partis n’ont pas obtenu de légalisation. Des opposants politiques purgent de longues peines de prison. Depuis le « printemps arabe », la présence militaire et policière s’est renforcée et les arrestations se sont multipliées.

Comment des pays européens peuvent-ils accepter de dépendre du pétrole d’une dictature si caricaturale ? Le Collectif de Solidarité avec les Luttes Sociales et Politiques en Afrique demande aux gouvernements français et espagnol et à l’Union européenne de se concerter pour dénoncer la répression actuelle et l’absence de démocratie en Guinée Equatoriale, de faire pression sur les entreprises européennes opérant en Guinée Equatoriale afin qu’elles cessent de rémunérer la famille Obiang, d’adopter une attitude ferme en faveur de la démocratisation du pays et de la défense des droits humains, y compris en prenant en considération la situation de l’opposition politique en exil.

Collectif de Solidarité avec les Luttes Sociales et Politiques en Afrique,

Les 14 signataires : Mouvement pour la Restauration Démocratique en Guinée Equatoriale (MRD), Ça suffit comme ça ! (Gabon), Fédération des Congolais de la Diaspora (FCD, Congo Brazzaville), Alliance Républicaine pour le Développement (ARD, Djibouti, USN), Mouvement pour Renouveau Démocratique (MRD, Djibouti, USN), Rassemblement National Républicain (Tchad), Alliance Nationale pour le Changement Ile-de-France (ANC-IDF, Togo), Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo – France (CACIT France), Survie, Afriques en lutte, Sortir du Colonialisme, Parti de Gauche, Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique, Europe Ecologie les Verts. Nouveau Parti Anticapitaliste

Notes

[1] 1. 19 mai 2013, Une campagne électorale sous haute tension : http://www.france-guineeequatoriale...

[2] 2. Guinée E. croissance sans développement ? http://www.dial.prd.fr/dial_publica...

[3] 3. http://donnees.banquemondiale.org/p...

[4] 4. http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/pa...

[5] 5. 2010, exportation de pétrole de la Guinée E. par destination : USA 29%, Espagne 14%, Italie 13%, Canada 10%, chine 7%, Brésil 6%, France 5%. Source : http://www.eia.gov/countries/cab.cf...

[6] 6. sept. 2011, Affaire Bourgi : La Guinée équatoriale dément... http://www.france-guineeequatoriale...

[7] 7. 8 mai 2013, Les voyages africains de Guéant sont-ils "troublants" ?, http://www.lejdd.fr/Societe/Actuali...

[8] 8. Association Sherpa : http://www.asso-sherpa.org/nos-prog...

[9] 9. En 2011, pour la présidentielle, la Guinée a refusé la venue des journalistes espagnols.

[10] 10. 15 mai 2013, http://www.amnesty.org/fr/news/equa...

[11] 11. 9.7.9, ‘Oil and Human Rights in Equatorial Guinea’ : http://www.hrw.org/reports/2009/07/...

[12] 12. RSF : 3 mai 2013 : Obiang sur la liste des ‘prédateurs de la liberté de l’information’ + 14 mai 2013, Facebook et des sites d’opposition censurés : http://fr.rsf.org/guinee-equatorial...

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes