jeudi, 18 octobre 2018
 

L’Ouganda mal préparé à l’afflux de réfugiés congolais

KAMPALA - Environ 66 000 Congolais se sont réfugiés en Ouganda ces derniers jours, à la suite d’affrontements entre le mouvement rebelle ougandais Alliance des forces démocratiques (ADF) et les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC). Confrontés à des difficultés de financement, le gouvernement ougandais et les organisations d’aide humanitaire peinent à répondre aux besoins des réfugiés.

« La situation est désespérée. C’est affligeant [...] cet afflux massif de réfugiés et leur nombre soudain, dans une région très peu préparée à apporter une aide humanitaire », a dit à IRIN Mohammed Adar, représentant du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) en Ouganda. « Nous ne disposons pas de l’infrastructure adéquate pour supporter un tel afflux dans une région [où les réfugiés n’étaient pas présents] par le passé. »

L’Ouganda accueille déjà plus de 200 000 réfugiés et demandeurs d’asile, dont plus de 60 pour cent sont originaires de RDC.

Les nouveaux réfugiés se trouvent dans la ville de Bundibugyo, dans l’ouest de l’Ouganda. Ils sont hébergés dans cinq écoles primaires et dans d’autres locaux. Ils ont commencé à arriver le 11 juillet, lorsque des affrontements ont éclaté près de la frontière séparant la RDC de l’Ouganda.

Ressources insuffisantes

« Ces villages [du district de Bundibugyo] étaient vides. Ils ne disposaient d’aucune infrastructure. Nous mettons en place des réseaux d’eau et d’assainissement, [construisons] des abris et distribuons de la nourriture », a dit à IRIN par téléphone Charles Bafaki, agent d’établissement du cabinet du premier ministre, qui coordonne l’intervention d’urgence.

Selon le HCR, au 19 juin, seulement 29 pour cent du budget de 93,8 millions de dollars pour les opérations de cette année en Ouganda étaient financés. « Nous appelons à une aide financière de la part des bailleurs de fonds et de la communauté internationale afin de répondre à cet afflux massif de réfugiés », a dit M. Adar. « Il est de la responsabilité de la communauté internationale et des bailleurs de fonds d’aider l’Ouganda à supporter ce fardeau. »

L’ADF a été formée dans les années 1990, dans la chaîne des Rwenzori, dans l’ouest de l’Ouganda, près de la frontière avec la RDC. Jusque dans les années 2000, la rébellion s’est limitée au territoire ougandais et une centaine de combattants seulement auraient trouvé refuge dans la province congolaise du Nord-Kivu. Le gouvernement ougandais a cependant récemment signalé que le groupe recrutait et entraînait des combattants dans l’est de la RDC, avec l’aide des islamistes somaliens d’Al-Shabab.

Le 15 juillet, les autorités ont dit qu’elles tentaient avec beaucoup de mal de réinstaller les réfugiés dans un nouveau centre de transit, près du sous-comté de Bubukwanga, dans le district de Bundibugyo, à environ 28 km de la frontière entre l’Ouganda et la RDC. « Ils occupent actuellement des écoles, des églises, des jardins particuliers et des vérandas et sont source d’énormes problèmes pour la communauté d’accueil », a dit M. Adar, du HCR.

Selon les organisations humanitaires, les réfugiés ont un besoin criant d’aide humanitaire et de secours d’urgence.

« Si les articles alimentaires et non alimentaires sont arrivés, le grand nombre de personnes et leur large dispersion rend difficile tout service », a ajouté M. Adar. « Les points les plus préoccupants actuellement sont l’eau, la santé et l’assainissement et l’hébergement. »

Le Programme alimentaire mondial a distribué suffisamment de denrées alimentaires pour nourrir 20 000 personnes pendant cinq jours et un nouvel approvisionnement devrait arriver, a dit le HCR dans un communiqué publié le 15 juillet.

L’armée ougandaise dit avoir renforcé la sécurité à la frontière avec la RDC afin de s’assurer que les rebelles de l’ADF ne s’infiltrent pas dans le pays.

D’autres réfugiés sont en chemin

Le HCR témoigne également d’une augmentation du nombre de réfugiés congolais dans le district de Kisoro, dans le sud-ouest de l’Ouganda, à la suite de nouveaux affrontements entre les rebelles du M23 et les FARDC près de Goma, la capitale du Nord-Kivu. Selon les autorités congolaises, les FARDC ont repoussé une attaque du M23 le 14 juillet, mais le lendemain, les combats se poursuivaient.

« La situation près de Goma est très préoccupante. Elle va sans aucun doute nous causer des problèmes », a dit M. Adar, du HCR. « Nous avons reçu plus de 1 000 réfugiés dans notre centre de transit de Kisoro ces derniers jours. Ils arrivent par mesure de prévention. Nous attendons encore de nouveaux arrivants à cause de la situation à Goma. »

Source : http://www.irinnews.org

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes