jeudi, 23 novembre 2017
 

Rwanda : 18 ans après, le début de la vérité

Communiqué du NPA

Le rapport des experts en balistique indique que le tir de missiles qui a abattu l’avion présidentiel des présidents rwandais Juvénal Habyarimana et burundais Cyprien Ntaryamira venaient du camp militaire de Kanombe, où siège la garde présidentielle ainsi que des militaires français, et non de la colline de Masaka qui aurait pu être utilisé par les éléments du FPR, comme le juge Bruguière la prétendu.

Cette expertise ne fait que confirmer le déroulement historique, où les extrémistes hutu opposés aux accords de paix d’Arusha avec le FPR se sont emparés du pouvoir en éliminant aussi la première ministre Agathe Uwilingiyimana et son escorte de soldats belges et lancés le génocide où un millions de Tutsi mais aussi de Hutu modérés ont trouvé la mort.

Des journalistes et la Commission d’enquête Citoyenne ont mis en évidence le soutien des autorités françaises à l’époque de la cohabitation de 1994 entre Mitterrand et Balladur, aux extrémistes hutu.

Le NPA se félicite des premières avancées de l’enquête des juges Trevidic et Poux qui battent en brèche la propagande négationniste et espère que toute la lumière soit faite sur cet attentat y compris les éventuelles implications françaises.

Le NPA réitère sa demande d’une enquête parlementaire sur le rôle de la France dans son soutien aux génocidaires Rwandais.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes